217è Commémoration de la Bataille de Vertieres : Jean-Charles Moïse a réussi son pari

Du quartier de Pont-Rouge jusqu’à Tabarre (Ambassade des États-Unis), la marche du leader de ”Pitit Dessalines” s’est révélée un succès. Le Secteur démocratique, de son côté, a peiné à atteindre les abords du Palais national.

Au Pont-Rouge, réputé bastion du G9, le leader de Pitit Dessalines”, Jean-Charles Moïse a réussi à faire hisser le drapeau noir et rouge avant d’arpenter plusieurs rues de la capitale. Sur la route de l’Aéroport, des militants qui l’accompagnaient ont dressé des barricades de pneus enflammés, installé des carcasses de véhicules sur la chaussée, pouvait-on observer. À l’intersection Gérald Bataille, un truck-sound a renforcé la mobilisation et faciliter à Jean-Charles Moïse de mieux communiquer avec la foule. Les moindres instructions du secrétaire général de ”Pitit Dessalines” ont été exécutées par des sympathisants chauffés à blanc.

Atteindre l’ambassade américaine pour délivrer le message final a été l’objectif fixé par l’ancien sénateur du Nord. Néanmoins, le chemin a été couronné d’obstacles pour les manifestants. La Police Nationale d’Haiti, pour contenir la vague des protestataires, a fait usage de gaz lacrymogène. Une situation tendue occasionnant le retrait de la majorité des manifestants. Jean-Charles Moïse, accompagné de quelques membres de ”Pitit Dessalines” a réussi à défier le dispositif policier pour s’adresser aux autorités américaines.

Le discours de l’ancien candidat à la Présidence d’Haïti a visé ses camarades de l’opposition, une élite économique rétrograde et le régime PHTK.

”Les États-Unis d’Amérique, le pouvoir, les banques commerciales ont un délai pour adresser la situation d’Haïti, sinon nous engagerons une révolution sociale pour chambarder ce système”, a-t-il menacé.

Le Secteur démocratique après avoir réussi à rassembler la grande foule a buté sur les forces de l’ordre à hauteur de Delmas 44. Les manifestants qui progressaient vers Delmas 60 ont été dispersés par la police. Des tentatives de relance de la mobilisation se sont révélées vaines. Des groupes de militants, en ordre dispersé, ont marché jusqu’au Champs-Mars. Des heurts ont éclaté entre policiers et manifestants, des débordements ont fait également des victimes. Au moins un mort par balles a été constaté et plusieurs blessés enregistrés.

H.N /Haiti Infos Pro

Bouton retour en haut de la page