3ème circonscription de P-au-P: La peur des balles prévaut sur la crainte du coronavirus

En pleine crise de coronavirus, le pays s’enfonce chaque jour davantage dans l’insécurité. Les affrontements entre gangs rivaux se déroulent quasi-quotidiennement dans la capitale.

Avec 58 cas confirmés et 4 morts sur le territoire national, l’épidémie prend le large en Haïti. Pourtant, plusieurs milliers d’habitants de la 3ème circonscription de Port-au-Prince s’en moquent royalement du coronavirus.

Les gangs qui s’entretuent pour le contrôle du territoire dans le Sud de la capitale obligent plusieurs centaines de citoyens à fuir leur domicile. Les plus braves et ceux qui n’ont pas d’endroits où aller sont obligés de braver la mort au quotidien.

Des citoyens lancent un cri d’alarme

“Il y a deux semaines, je suis resté bloqué à l’intérieur de ma maison sans rien à donner à ma famille”, raconte la mort dans l’âme un habitant de Grand-Ravine. Offusqué, ce dernier dénonce les autorités de l’État qui n’ont rien fait pour résoudre ce problème qui perdure.

“J’étais déjà parti de la zone, j’étais chez un ami, mais avec 3 enfants et ma femme ce n’était pas facile. Faute de moyens, je suis obligé de retourner chez moi. Maintenant c’est plus compliqué qu’avant”, regrette le jeune homme.

Résident à 4 ème avenue Bolosse, sans travail, depuis la présence de l’épidémie en Haïti, Paul 42 ans, un “bòs mason” père de 6 enfants, n’a plus de ressources pour nourrir sa famille. “Ici, le coronavirus ne va pas nous tuer, mais les balles des gangs armés”, déclare Paul.

“Les autorités refusent de se pencher sur ce désastre parce qu’on ne signifie rien pour eux”, declare un enseignant habitant de Martissant.

“Le pouvoir en place connait l’origine de l’insécurité et des armes qui circulent dans les quartiers populaires”, selon l’enseignant.

Dans plusieurs quartiers de Martissant et ses environs, la violence est à son apogée. L’impuissance et la manque de volonté des autorités sont criantes.

Plusieurs personnes ont été tuées et plusieurs maisons ont été incendiées à l’entrée Sud de Port-au-Prince, suite à des affrontements entre gangs rivaux armés à Martissant qui se mesurent depuis plusieurs semaines.

HIP / Haïti Infos Pro

Bouton retour en haut de la page