48 bougies pour le Valencia FC de Léogâne.

Ce 27 juin ramène le 48ème anniversaire du Valencia FC de Léogâne, fondé le 27 juin 1972. Club mythique de la cité de la reine Anacaona, le Valencia, absent depuis deux ans dans les compétitions organisées par la fédération haïtienne de football, veut marquer cette date avec un ensemble d’activités non moins significatives.

Tôt ce matin, à l’enceinte de l’Eglise St Rose de Lima, une messe de requiem a été chantée en mémoire de fans, dirigeants et des joueurs du club qui sont décédés. Ce samedi, jour du 48ème, une action de grâce sera rendue, à l’ occasion de la messe de célébration du Perpétuel Secours à Ca-Ira, et sera suivie d’une conférence de presse à « La source », haut lieu symbolique du Valencia de Léogâne.

À l’évidence, c’est dans un contexte particulier que le club vert et blanc, ayant pour symbole un « aigle » fête ce 48ème. En effet, le Valencia est depuis deux ans absents des championnats nationaux, particulièrement de la D1 où en 2018, il a décidé de ne pas se plier aux décisions défavorables prise à son encontre par la FHF, dans le conflit qui l’opposait à l’équipe Racing Junior des Gonaïves. Le Valencia avait rejeté d’un revers de main la décision de la Commission d’appel, déclarant sa descente en deuxième division.

Malgré l’absence du club pendant ses deux dernières années dans le paysage du football haïtien, les dirigeants ont décidé de marquer cet anniversaire, question disent-ils de prouver aux fans du club et surtout aux responsables du football haïtien que le Valencia est un patrimoine bien vivant.

Jean Carlo Désilus, administrateur du club, a déclaré à la rédaction d’HIP que « le Valencia est plus qu’un club de football, il est une famille avec des racines profondes; le club ne mourra pas, malgré les tentatives malsaines de la fédération haïtienne de football de l’anéantir ».

Diery Marcelin, secrétaire général adjoint du Valencia, conditionne le retour du club dans l’élite du football haïtien. « Tant que ce bureau fédéral dirige le football haïtien, le Valencia ne jouera aucune de ses compétitions. Le club attendra le temps qu’il faut pour rejouer », soutient-il.

Champion national en 2012, vice-champion en 2013, champion de la Caraïbe en 2013 à la Jamaïque, le Valencia a marqué de son empreinte le championnat national de deuxième et de première division et a également laissé son nom dans la Caraïbe.

Le Valencia est immortel, ses fans et ses dirigeants ne jurent que par la vision de l’aigle. « Voler, et voir le plus haut que possible », a martelé, Geto Ferdinand, ancien portier du club et ancienne gloire de la sélection haïtienne de football.

Joyeux 48ième au Valencia FC de Léogâne.

Ricot Saintil / HIP

Bouton retour en haut de la page