Affaire Dadou Jean-Bart: l’accusé porte plainte par devant un tribunal de Paris

Comme annoncée par Me Stanley Gaston, avocat du Dr Yves Jean-Bart, accusé d’abus sexuel sur mineures dans les colonnes du journal britannique “The Guardian” le 30 avril dernier, une plainte a été déposée le lundi 18 mai à Paris par Me Dominique Tricaud, avocat à la cour de Paris, représentant de Yves JEAN-BART, contre Monsieur Romain Molina pour diffamations publiques envers un particulier.

Apres avoir porté plaintes au tribunal de première instance de la Croix-des-Bouquets contre X, pour diffamation, injures, association de malfaiteurs et subornation de témoins, Dadou Jean Bart, représenté par les avocats, Dominique Tricaud et Me Stanley Gaston, a porté l’affaire par devant un tribunal français contre Monsieur Romain Molina, coauteur de l’article paru dans The Guardian, accusant Yves Jean-Bart, président de la FHF, d’abus sexuels sur mineures, lit-on dans le courrier adressé a Madame ou Monsieur le doyen des juges d’instruction du tribunal judicaire de Paris.

Les avocats d’Yves Jean-Bart ont fait mention d’une vidéo publiée sur YouTube par Romain Molina le 20 Janvier 2020, intitulée « Le football haïtien, pris en otage » dans laquelle, Monsieur Molina exprime toute sa haine et son ressentiment à l’égard de « Dadou » Jean-Bart. Ils ont par la suite présenté l’article du 30 avril 2020, paru dans The Guardian, dont Molina est coauteur, dans lequel il impute à Monsieur Yves Jean-Bart la commission de viols par personne ayant autorité sur des footballeuses mineures, pour signifier que les allégations de Molina ne reposent sur aucune enquête sérieuse, qu’il a tenté vainement de circonvenir des joueuses du football haïtien pour leur arracher des accusations, et que les allégations portent atteinte gravement à l’honneur et à la réputation d’Yves Jean-Bart.

Plusieurs extraits de l’article accusant Yves Jean-Bart paru dans The Guardian seront retenus dans la prévention et qualifiés de diffamation à l’égard d’un particulier. Ce sont:

1- le titre : Le président de la FA en Haïti accusé d’avoir abusé sexuellement des jeunes footballeuses
2- Le président de la Fédération Haïtienne de Football a été accusé d’avoir abusé sexuellement de jeunes footballeuses au centre national de formation du pays.
3- Yves Jean-Bart, connu comme “Dadou”, président de la Fédération Haïtienne de Football (FHF) depuis 2000, nie les accusations selon lesquelles il aurait contraint plusieurs joueuses au Centre technique National à Croix-Des bouquets à avoir des relations sexuelles. Les incidents allégués auraient eu lieu au cours des cinq dernières années. Les plaintes ont été déposées auprès du Guardian par de nombreuses sources impliquées dans le centre, notamment des victimes présumées ainsi que leurs familles. « Il y a une dame qui travaille là-bas qui fait pression sur ces filles pour avoir des relations sexuelles avec Dadou,” a affirmé une présumée victime au Guardian. “Il verra une jolie fille qui est attirante et il envoie la dame lui dire qu’elle sera jetée hors du centre. Elle se met à pleurer et ensuite la dame lui dit : ‘’le seul moyen de résoudre ce problème est de parler à Dadou “. A ce moment-là, la jeune fille n’a d’autre choix que de supporter les abus sexuels ».
4- « Selon des sources en Haïti, plusieurs joueuses qui ont maintenant laissé le centre ont été contraintes par Jean-Bart à avoir des relations sexuelles avec lui, dont l’une qui aurait été forcée d’avorter. » « Elle a été mise sous pression pour ne pas parler ” a déclaré une ancienne joueuse au centre. “Une autre de nos meilleures joueuses a perdu sa virginité à Dadou lorsqu’elle avait 17 ans en 2018 et a également avorté. Ces filles qui vivent au centre FIFA… c’est tellement dommage parce que si elles parlent de cette situation elles seront licenciées. Elles sont des otages. »
Une deuxième série d’extraits sont aussi rapportés et sont aussi considérés comme diffamations.

Et en vue des articles 29 premier alinéa, 32 premier alinéa et 23 pour la publicité de la loi sur la presse modifiée du 29 juillet 188, les avocats considèrent que les extraits susmentionnés et relevés dans l’article et dument signifiés à l’attention du tribunal, constituent le délit de diffamation publique envers un particulier, les faits relatés ont été commis à Paris par Monsieur Molina et ce dernier en est l’auteur.

« Monsieur Yves JEAN-BART dépose plainte de ce chef entre vos mains contre Monsieur Romain Molina du chef de diffamations publiques envers un particulier et offre de régler la consignation dont il vous plaira de fixer le montant. » conclut Me Dominique Tricaud.
Ci-inclus dans cette plainte déposée à Paris en date d’aujourd’hui :

  • constat en date du 14 mai 2020 de Maître Xavier LOUISEALEXANDRINE, huissier de justice à Paris, –
  • avis d’imposition
  • clefs USB (vidéo)

Me Stanley Gaston qui demande depuis tantôt deux semaines que les victimes se manifestent, qu’elles portent plaintes pour pouvoir les identifier semblent être convaincu de l’innocence de son client. Le dépôt de cette plainte aujourd’hui à Paris par Dominique Tricaud avocat à la cour de Paris, son homologue et surtout son coéquipier dans ce dossier, prouve que l’accusé est bien déterminé à rétablir la vérité pour redorer son image.

Romain Molina a aujourd’hui un dossier contre lui pour diffamation publique envers un particulier, contrairement à Yves Jean-Bart qui espère toujours qu’un dossier soit déposé devant la justice pour les accusations portées contre lui.

Bouton retour en haut de la page
Haïti Infos Pro