« Ariel Henry dilapide le Trésor public beaucoup plus que ne l’avait fait Jovenel Moïse », accuse A. Rodon Bien-Aimé

L’ex-Député Antoine Rodon Bien-Aimé s’en prend à Ariel Henry, l’actuel chef du Gouvernement. Dans une interview accordée à Radio Kiskeya ce vendredi 3 décembre 2021, il a fait savoir que le Premier Ministre a bafoué les lois, a eu l’audace de rentrer au Palais National alors qu’il n’a ni le droit, ni la légitimité pour faire une telle chose. Qui pis est, malgré l’illégalité de cette mesure, il entend augmenter les prix des produits pétroliers.

À en croire l’ancien élu, le chef de la Primature a fait mainmise sur le budget de la République. Il a augmenté le fonds alloué au Palais National malgré l’absence d’un Président, il a revu à la hausse l’enveloppe de la Primature dans le budget rectificatif 2021-2022. Pourtant, regrette l’ex-parlementaire, le budget des ministères de l’Agriculture, de la Santé Publique, de l’Environnement et de l’Éducation n’a presque pas bougé d’une pouce.

Le budget du Ministère de la Justice quant à lui, poursuit-il, a été diminué. Pourtant c’est ce même ministère qui est chargé de gérer la Police, payer les agents et acheter des matériels pour combattre les gangs armés. Cela le pousse à conclure que les questions de la Justice et de la Sécurité ne font pas partie des priorités de l’équipe en place.

Aussi, condamne M. Bien-Aimé, Ariel Henry contrôle près de sept lignes dans le budget, dont celle de la Présidence qu’il dirige, la Primature, du Ministère de la Culture et de la Communication, de la Haute Intervention publique, de la dette publique, des diverses subventions. La somme de toutes ses lignes dans le budget rectificatif, à en croire Antoine Rodon Bien-Aimé, avoisine les 70 milliards de gourdes et est gérée par le puissant Ariel Henry.

Un peu plus loin, l’ancien Député condamne la volonté du chef du Gouvernement visant à augmenter les prix des produits pétroliers à la pompe. En conséquence, il appelle la population en général, notamment les chauffeurs de taxi en particulier, à boycotter cette démarche par une mobilisation générale. « Si le Gouvernement s’arrogeait le droit d’augmenter le prix de la gazoline ne serait-ce que de cinq gourdes, le pays connaîtrait un autre 6-7 juillet », a-t-il martelé.

Quant au Secteur Démocratique et Populaire (SDP), Antoine Rodon Bien-Aimé croit qu’il mène réellement 5 à 0. Mais c’est dans la corruption, dans la misère, le chômage, la violation des lois, la cherté de la vie et l’insécurité. « Pour tout ce qui est négatif, il pourrait mener jusqu’à 10-0. Mais quant au positif, cette équipe n’a même pas réaliser -0 », a-t-il laissé entendre.

Au passage, il a indiqué que la corruption est montée d’un cran dans les boîtes de l’État, notamment à l’OAVCT, l’ONA, au BMPAD. Selon lui, cette équipe surpasse largement celle de Jovenel Moïse en terme de corruption, appelant ainsi à la relance de la mobilisation dans tout le pays pour lui barrer la route.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

1 × quatre =

Bouton retour en haut de la page