Assasinat de l’agent de l’USGPN : Pierre Espérance condamne le comportement du haut état-major de la PNH

Le Directeur Exécutif du Réseau National de Défense des Droits Humains (RNDDH), dans une conférence de presse donnée ce 16 octobre 2020, condamne l’assassinat de Jean Rozner Glézil qu’il qualifie d’exécution. Il a aussi exprimé son incompréhension par rapport au silence du haut état-major de la PNH et du commandant en chef, Rameau Normil.

” Les forces de l’ordre n’avaient pas entré en contact avec les responsables de l’hôtel où est assassiné le policier avant l’opération, et c’est grave “, regrette Pierre Espérance. Par ailleurs, il déclare ne pas comprendre le silence de l’Inspection et de la Direction Générale de la Police Nationale dans ce dossier.

« La police est une institution appelée à protéger la vie et les biens des citoyens, elle ne doit en aucun cas banaliser la vie des gens », poursuit-il en rappelant que toutes les opérations de la PNH doivent être bien préparées. Exprimant son doute autour de cet assassinat qu’il croit être une exécution, il exige des explications de la part des autorités de la Police Nationale d’Haïti.

À rappeler que le policier Jean Rozner Glézil, agent de l’USGPN, a été tué dans la nuit du 14 au 15 octobre 2020 dans sa chambre d’hôtel où il séjournait avec sa femme revenue de l’étranger, lors d’une opérarion menée par des agents du SWAT et de la DCPJ. Près de 48 heures après cet acte malencontreux, c’est le silence radio du côté de la Direction Générale de la PNH.

Eddyson de Varain/ HIP

Bouton retour en haut de la page