Assassinat de Jovenel Moïse : la prison à vie pour Germán Rivera, 3ème personne condamnée à vie

L’ex-officier de l’armée colombienne, Germán Alejandro Rivera Garcia, a été condamné ce vendredi 27 octobre à la prison à vie par un tribunal fédéral de Miami après avoir plaidé coupable d’avoir dirigé le commando responsable de l’assassinat du président Jovenel Moïse, rapporte le journal floridien Miami Herald.

Admettant avoir rencontré fin juin 2021, plusieurs co-conspirateurs en Haïti pour discuter de la destitution du président Jovenel Moïse par la force, y compris d’un complot pour l’assassiner dans la nuit du 6 au 7 juillet 2021, Germán Alejandro Rivera Garcia, un des mercenaires colombiens, passera toute sa vie en prison.

L’ancien capitaine de l’armée colombienne a été accusé d’avoir joué un rôle de première importance dans l’assasinat de Jovenel Moïse. Il avait plaidé coupable de trois chefs d’accusations dont le fait d’avoir aidé et comploté contre le président haïtien. De même que et le Sénateur haitien John Joël Joseph qui lui aussi avoué sa participation à ce crime odieux.

Après l’homme d’affaires Roodolph Jaar, qui a été condamné à perpétuité,  German Rivera est la deuxième personne condamné par le Tribunal fédéral de Miami dans le cadre de cette affaire. Rivera dit avoir reçu des instructions dans un appel vidéo d’un concitoyen colombien du sud de la Floride, qui était un informateur du FBI, qu’il devait suivre les instructions d’un autre homme assistant à la réunion en Haïti.

En Haïti, l’un des cerveau du crime Joseph Félix Badio a été auditionné trois fois de suite du 24, 25 et 26 octobre 2023, par le juge instructeur en charge de l’enquête relative à l’assassinat de Jovenel Moïse, le magistrat Walter Wesser Voltaire. Après chaque comparution au carré du juge, il a regagné sa cellule au Pénitencier national.

Selon Miami Herald, des enquêteurs du FBI ont aussi entendu Joseph Félix Badio. Le journal a fait savoir que Badio pourrait-être extradé aux États-Unis dans les prochains jours pour pouvoir répondre aux questions de la justice américaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page