Assassinat d’Y. Buissereth : Carlo Petit-Homme « Ti Makak », visé par une plainte à la DCPJ

Pour les proches d’Yvon Buissereth, sans des actions pour porter les autorités compétentes à agir contre des bandits qui répandent la violence, les initiatives visant à condamner et à dénoncer dans la presse les forfaits des criminels resteront de simples gestes inutiles.

L’assassinat du directeur général de l’Entreprise publique de promotion de logements sociaux (EPPLS), Yvon Buissereth et de Ronald Joseph Momplaisir, un employé de l’institution par le gang de « Ti Makak » est une illustration parfaite du chaos sécuritaire dans lequel est plongé Port-au-Prince.

Le chef de gang Carlo «Ti Makak » Petit-Homme, qui contrôle le quartier de Laboule 12, est accusé dans plusieurs crimes spectaculaires dont l’assassinat de l’inspecteur de Police Dan Jerry Toussaint, l’exécution des journalistes John Wesley Amady et Wilguens Louissaint. En dépit des actes criminels perpétrés contre la population civile, aucune poursuite judiciaire n’a été engagée contre le caïd et sa bande qui normalisent la terreur à Laboule.

L’assassinat, samedi 6 aout, du directeur général de l’EPPLS, également ancien sénateur du Sud, Yvon Buissereth et de Ronald Joseph Momplaisir, est un acte révoltant et innacceptable. Il revient aux autorités judiciaire et policière d’assumer leurs responsabilités dans la violence instituée par les bandits dirigés par « Ti Makak ».

Dans cette optique, des proches de l’ancien parlementaire ont saisi la Direction Centrale de la Police Judiciaire (DCPJ) à travers une plainte contre le nommé Carlo Petit-Homme « Ti Makak » et X. Khemy Steff Buissereth, fille du défunt qui était accompagnée de Jean David Génesté, ancien député des Cayes, a formellement déposé, mercredi, une plainte à la DCPJ contre le bandit et sa clique, apprend-t-on.

Cette démarche, selon l’ancien représentant de la circonscription des Cayes, Jean David Génesté, vise à exiger des autorités compétentes des actions fortes afin de mettre le présumé coupable du meurtre de cet officiel du gouvernement de facto hors d’état de nuire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

sept + 19 =

Bouton retour en haut de la page