Attaque musclée et révélations fracassantes d’Edmonde S. Beauzile contre Jean-Charles Moïse

Madame Beauzile, leader du parti FUSION, n’est pas allée par quatre chemins pour attaquer ouvertement le chef de « Pitit Dessalines ». Ce 19 octobre 2020 dans la matinée, sur les ondes de Radio Magik9, Edmonde S. Beauzile affirme que le pouvoir en place a supporté Jean-Charles Moïse dans sa campagne d’aspersion contre la Covid-19, et qu’il est un leader complexé qu’il faut déconstruire.

Selon Mme Beauzile, Jean-Charles Moïse est un pion de Jovenel Moïse. Pour étayer sa thèse, elle avance qu’«à chaque fois que l’opposition est proche de la victoire, il trouve un moyen pour déstabiliser la mobilisation. Une fois, c’était avec son fameux drapeau noir et rouge, et une autre, avec son cheval en détournant une manifestation sous prétexte de vouloir se rendre devant l’ambassade américaine.

En outre, l’ex-sénatrice a fait des révélations autour de la campagne d’aspersion réalisée par la bande à Jean-Charles Moïse cette année.

C’est le pouvoir en place qui aurait financé la campagne d’aspersion du parti politique “Pitit Dessalines”. Ces matériels étaient stockés à Delmas 19 et devaient servir contre la propagation du choléra, affirme-t-elle.

« Si tous les ports et les aéroports étaient fermés, comment a-t-il fait pour trouver ces matériels s’ils n’étaient pas déjà dans le pays? », se questionne la cheffe de la Fusion. À rappeler que Jean-Charles Moïse n’a jamais révélé la provenance des ces matériels.

Edmonde Supplice Beauzile a profité pour assouvir sa soif de mettre à nu M. Moïse . C’est en ce sens qu’elle a déclaré que le «bombardier du Nord», comme on l’appelle, avait joué pieds et mains pour imposer Bill Clinton à la tête du CIRH après le séisme de 2010. Acte pour lequel il aurait reçu des millions du président d’alors, René Préval. Par ailleurs, elle affirme que le baron de Milot souffre d’un complexe d’infériorité.

« Au Sénat, il pensait toujours qu’on disait du mal de lui », continue-t-elle en précisant que ses déclarations ne visent pas à diviser l’opposition davantage, mais qu’il est de son devoir de démasquer ces monstres.

Si plus d’un croit que le torchon brûle au sein de l’opposition politique en Haïti, cette nouvelle sortie de Madame Beauzile vient de renforcer les doutes.

Eddyson de Varain / HIP

Bouton retour en haut de la page