Actualités

« Aucune sympathie envers les gangs », réagit Pierre Espérance à l’appel de Garry Conille

Le Premier ministre de facto Dr Garry Conille appelle les gangs à déposer les armes et reconnaitre l’autorité de l’État. Une annonce désapprouvée par le directeur exécutif du Réseau national de défense des droits humains (RNDDH), Pierre Espérance qui craint une prime à l’impunité.

Le responsable du RNDDH déclare être préoccupé par les récentes déclarations du Premier ministre de facto, Dr Garry Conille appelant les bandits à déposer les armes et reconnaitre l’autorité de l’État. Pour le défenseur des droits humains, Pierre Espérance, cet appel est comparable à une insulte aux proches des victimes, à la société en général compte tenu des souffrances, des douleurs et des torts causés par les gangs. Il rappelle au chef du gouvernement de transition que les criminels sont déjà visés par des avis de recherche, ils n’ont qu’à se présenter devant la justice pour obtenir les sanctions méritées.

Les gangs sont des hors-la-loi, l’autorité de l’État importe peu pour des criminels de grands chemins qui ont assassinés des hommes, violé des femmes, attaqué l’État dans ses symboles, souligne M. Espérance lors d’une interview accordée ce mercredi à Radio Kiskeya. Aujourd’hui, la peur doit changer de camp, les gangs doivent être jugés et condamnés et les erreurs du passé ne doivent pas être rééditées, insiste le responsable du RNDDH.

Aucun dialogue n’est possible avec des éléments qui ont pratiquement détruit le pays, déstabilisé l’économie. Toute tentative de dialogue avec des assassins est conforme à une prime à l’impunité, considère Pierre Espérance. Le patron du RNDDH plaide en faveur d’un processus responsable visant à réparer les victimes des torts occasionnés par les groupes criminels. En outre, dit-il, le chemin de l’État de droit nécessite une approche qui rompt les pratiques des autorités étatiques, des politiques qui encouragent les gangs dans l’optique de garder le pouvoir. C’en est trop, s’écrie le directeur exécutif du RNDDH, Pierre Espérance.

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page