Clôture des activités sur la projection de l’Haïti de demain à travers la conférence nationale

À l’initiative du Centre d’Éducation et d’Intervention Sociale (CEIS) dirigé par le sociologue Antoine Augustin et le Sant Karl Lévêque dirigé par Gardy Maisonneuve, la deuxième journée du forum sur la conférence nationale devant avoir lieu pendant la transition s’est déroulée, ce mardi 20 avril à l’Hôtel Le Plaza, sous le thème “Projection sur l’Haïti de demain : prélude à la conférence nationale”. Des personnalités de divers horizons ont pris la parole à cette occasion sur différents sujets.

Pour débuter le forum, le directeur général de Radio Kiskeya Marvel Dandin est intervenu sur la thématique « Médias et communication dans l’Haïti de demain», où il a insisté sur la nécessité de créer des groupes de médias comme cela se fait dans d’autres pays afin d’assurer leur autonomie financière, parce que, selon le martyr de la dictature des duvaliers, le marché publicitaire n’est pas suffisant pour assurer la survie de la presse. Plus loin, le journaliste ayant à son actif plus de 40 ans de carrière plaide en faveur de la modernisation et de la professionnalisation des médias traditionnels afin de faire face aux défis liés à l’avènement des nouvelles technologies de la communication. 

De son côté, l’économiste Fritz Alphonse Jean, ancien gouverneur de la Banque Centrale, intervenant par visioconférence a abordé la thématique “Comment sortir de l’économie de la violence” en évoquant une violence institutionnelle et “un apartheid silencieux” qui sévisent en haïti. Ce qui, selon l’économiste, fragilise les entreprises. Il a tout de même déploré les dérives de la finance publique qui à chaque fois oblige la BRH à financer des déficits budgétaires. Ce qui devra être remédié selon Fritz Alphonse Jean pendant la prochaine transition.

Alors que l’architecte Lesly Votaire dans son exposé sur la thématique « Urbanisation et Perspective de développement économique et social en Haïti », a fait savoir que le phénomène de la bidonvilisation a provoqué une crise et a occasionné en quelque sorte la prolifération des gangs armés. Cependant, le membre de Fanmi Lavalas croit que nous pouvons tirer des profits de l’urbanisation qui, selon lui, a son coté positif. Dans le même registre l’architecte Didier Dominique a complémenté l’intervention de Lesly Voltaire avec son exposé sur la thématique “Urbanisation et classe ouvrière” évoquant une urbanisation du désastre. Il croit dur comme fer que nous devons prendre en compte la lutte de classe qui doit nous sortir de l’aliénation et de l’emprise de l’oligarchie et du système capitaliste.

Notons que, comme la première journée, la deuxième journée du forum sur la conférence nationale a eu pas mal d’interventions et de réactions par visioconférence et des échanges avec des participants en présentiel en majeure partie des jeunes.

Bouton retour en haut de la page