Création d’agence d’intelligence : le rapport qui contredit Jovenel Moïse

Un rapport étalé entre octobre 2018 à septembre 2019 met en lumière des fonds alloués pour le service d’intelligence au Palais national, à la Chambre des Députés, au ministère de la Justice, au ministère de l’Intérieur entre autres, contrairement au discours dominant de l’Exécutif sur l’absence de cet organe pour imposer l’ANI.

Les chiffres disponibles dans ce rapport du ministère de l’Économie et des finances que le journal a consulté sont implacables. Pour la période allant du mois d’octobre 2018 à septembre 2019, à la section de la direction générale des services internes du ministère de la Justice un montant de 38,999.996 de Gourdes allouées sur un total de 39, 000.000 Gourdes autorisées a été dépensé.


Pour la même période, au Bureau du secrétaire d’État à la sécurité publique, pour le compte du service d’intelligence et de police, 14, 399,994 de Gourdes ont été allouées, alors 4, 800.000 ont été autorisées. S’agissant de la Présidence, la section des dépenses d’intelligence et de police révèle que 158, 999, 976 Gourdes ont été allouées, alors que 105, 933, 328 ont été autorisées. Ces détails concernent la même période.


À l’administration générale du Palais, 60, 000, 000 de Gourdes ont été allouées, 40, 000, 000 ont été autorisées, poursuit le document. En ce qui concerne le service de sécurité du Palais national, 144, 000, 168 de Gourdes ont été attribuées pour lesquelles 96,000, 000 ont été autorisées. Au ministère de l’Intérieur et des Collectivités territoriales, 266, 499, 695 de Gourdes ont été accordées, cependant 255, 500, 000 de Gourdes ont été autorisées, a souligné le texte.

Le tableau est similaire à la Chambre des Députés, particulièrement au niveau de la questure. Entre octobre 2018 à septembre 2019, 5, 023, 329 de Gourdes ont été alloués pour le compte du service d’intelligence et de police.

Ces données contestent la thèse d’absence de service d’intelligence brandie par l’Exécutif pour imposer à la société le décret controversé portant sur la création de l’Agence nationale d’intelligence (ANI). Cette entreprise, au regard des considérations du rapport, entend maintenir le mystère sur l’utilisation efficiente des ressources de l’État pour le volet de l’intelligence.

Haiti Infos Pro

Bouton retour en haut de la page
Haïti Infos Pro