Crise de carburant : la Gônave dans la tourmente, un citoyen tire la sonnette d’alarme

Le blocage des produits pétroliers imposé par la coalition des bandes armées dénommée « G9 » impacte catastrophiquement la commune de la Gonâve qui, de par sa position géographique, était déjà traité en parent pauvre par l’Etat central. La crise née de l’indisponibilité du carburant sur le marché local vient d’envenimer encore davantage la situation déjà intenable à tous les points de vue, qui prévalait au niveau de cette partie du territoire.

« Les activités économiques sont au point mort, les commerçants qui d’ordinaire achètent les produits alimentaires dans d’autres villes du pays pour les écouler sur l’île, ne peuvent plus le faire en raison du fait que les voiliers qui assurent le transport vers d’autres régions du pays ne trouvent pas de carburant pour fonctionner », se plaint Michel Samyr, résident de la Gônave, intervenant sur Magic9.

Ce citoyen informe que sa commune fait face à une crise alimentaire sans précédent en raison de l’indisponibilité des produits de première nécessité.

« De plus, les centres hospitaliers qui desservent la population sont obligés de fermer leurs portes parce qu’ils ne peuvent pas trouver de carburant pour faire tourner leurs génératrices. En conséquence, des femmes enceintes meurent quotidiennement à travers les deux communes du golfe de la Gônave, faute de soins », explique Samyr.

« Dans ce contexte marqué par la résurgence du choléra dans le pays, la population gonavienne peine à trouver de l’eau potable », fait-il remarquer, soulignant que les citoyens boivent toutes sorte d’eaux pour ne pas mourir de soif.

« L’Etat doit faire le nécessaire en vue d’éviter une aggravation de cette crise qui pourrait engendrer la mort par dizaines voire par milliers des membres de cette population déjà à bout de souffle », prévient Michel Samyr, ne trouvant pas de qualificatif à cette réalité.

Notons que l’accès au Terminal Varreux, le plus grand centre de stockage de produits pétroliers du pays, est depuis tantôt un mois bloqué par le gang « G9 » qui exige l’amnistie générale en faveur de tous ses membres, l’annulation de tous les avis de recherche dont ils font l’objet, sa participation au sein du gouvernement et le retrait de la décision de l’administration actuelle d’augmenter les prix des produits pétroliers sur le marché local, comme des préalables au déverrouillage de ce site. En attendant une réponse ou pas à ces exigences, des patients continuent de mourir quotidiennement dans les centres hospitaliers du pays, faute d’oxygène. Parallèlement, les prix des produits de première nécessité grimpent. Ce qui pourrait engendrer une situation de famine sans précédent sur l’ensemble du territoire national, si rien n’est fait.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

quinze + 9 =

Bouton retour en haut de la page