Crise de l’essence et insécurité : la colère gronde un peu partout à Port-au-Prince

Des pneus enflammés, des barricades érigées pour paralyser la circulation caractérisent la fronde populaire contre l’insécurité galopante impliquant la guerre des gangs et l’indisponibilité interminable des produits pétroliers dans les pompes à essence. Cette situation oblige les citoyens à circuler à pied.

Plusieurs zones du département de l’Ouest sont réveillées, ce mercredi matin, sous les crépitements d’armes automatiques. Depuis jeudi dernier, la guerre des gangs à Cité Soleil a déjà fait plus d’une cinquantaine de morts et plusieurs blessés. Livrés à eux-mêmes, les habitants des quartiers touchés par la terreur des gangs prennent la fuite pour ne pas laisser leur peau. Une situation similaire que celle vécue par des victimes de la guerre des gangs de Martissant qui ont dû abandonner leurs maisons pour aller se réfugier sur les places publiques. Dans l’indifférence la plus totale du gouvernement en place, la population continue de subir les soubresauts et les caprices des gangs qui tuent en toute impunité.

Depuis plusieurs mois déjà, les produits pétroliers sont disponibles par intermittence. L’accès aux pompes à essence se relève un casse-tête. La rareté artificielle provoquée par le gouvernement au début de l’année 2022, a fini par avoir raison de la population qui n’avait donné aucune résistance à la décision du gouvernement du cynique premier ministre Ariel Henry de revoir à la hausse les prix des produits pétroliers dans les pompes.

Cela a visiblement provoqué un vent de panique dans la zone métropolitaine et ses environs. Les chauffeurs de taxi dénoncent le fait que le gallon de gazoline se vende entre 1000 et 1500 gourdes sur le marché informel. Toutefois, ces derniers n’arrivent pas à croire que le carburant soit disponible dans les rues et non dans les stations-services.

À Delmas, la circulation automobile est pratiquement paralysée. Des barricades sont érigées pour bloquer l’accès aux véhicules. À Canapé-Vert et dans bien d’autres axes routiers de la capitale, l’accès est aussi bloqué par des manifestants qui dénoncent l’irresponsabilité du gouvernement en place. La route de l’aéroport ainsi que d’autres axes routiers de la nationale #2 sont aussi inaccessibles.

Le pays est dans l’attente d’une levée de bouclier national. L’insécurité qui sévit à Port-au-Prince concerne tout aussi bien le reste du pays. Même si dans certaines villes de province la population continue de vaquer paisiblement à ses activités, mais la peur qui s’installe à Port-au-Prince avec les cas de kidnapping, la guerre des gangs, le crime organisé, ont de graves conséquences sur l’économie nationale. L’inflation, le chômage, la mauvaise gouvernance, la corruption etc. sont des problèmes qui affectent la stabilité du pays. Donc, face à la situation actuelle, c’est tout le pays d’une seule voix qui doit donner le coup d’envoi de la révolte pour chasser du pouvoir les gangs à col blancs et mettre hors d’état de nuire les gangs armés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

4 × 5 =

Bouton retour en haut de la page