Crise politique: Trois points devant conduire à un accord, identifiés par le parti ASE

Le parti politique Alliance pour une société sans exclusion (ASE) se dit indigné face à la crise sociopolitique caractérisée par une instabilité politique criante, une insécurité sans précédente et une misère croissante que connait le pays. En ce sens le parti politique ASE a fait des propositions axées sur trois points qui peuvent déboucher sur un accord dans les négociations entres les acteurs de la vie sociopolitique et économique du pays.

Dans une note datée du 20 septembre dernier, le parti politique ASE a rappelé que la crise sociopolitique que traverse le pays est le résultat de plusieurs années de mauvaise gouvernance et estime que le dialogue est d’une importance capitale pour sortir le pays du bourbier. Le directoire du parti en a profité de l’occasion pour proposer trois points considérés comme trois grands leviers pour alimenter et débloquer beaucoup de négociations, selon cette note portant la signature du député Cholzer Chancy, de Rosny Cadet et de Youdeline Cherizard Joseph, respectivement Président, vice-président et secrétaire national du parti politique.

Ces trois points sont répartis ainsi : 1- Arriver à s’accorder sur un « Processus politique » inclusif, programmatique, stratégique et favorable, qui doit se pencher sur les conditions minimales pour installer un gouvernement large et crédible, avant de faire place à une stabilité et un renouveau du personnel politique. 2- Définir ensemble un mécanisme politique et une stratégie adéquate pour juguler la pauvreté qui frappe la population, dans un sens qui reflète la dignité et qui n’entrave pas davantage les efforts de redressement structurel. 3-Établir ensemble les conditions sécuritaires, politiques et sociales pour créer la stabilité et l’amélioration de la vie dans le pays dans une bonne sérénité.

Les responsables du partis expriment leur indignation face à la crise sociopolitique qui tourmente le budget du pays depuis plusieurs années et qui s’est aggravée ces derniers jours.

« L’insécurité couplée à la pauvreté tue les Haïtiens. En plus de cela, les assassinats ont un lourd impact sur nos frères et sœurs. La vie ne veut rien dire », s’indigne le parti politique dans la dite note.

L’ASE croit toujours que ce sont toutes ces sortes de problèmes qui ont causé ces soulèvements de la part de la population ces derniers temps. Cela n’empêche pas à l’ASE d’adresser sa solidarité à ceux qui sont victimes de la colère de certains citoyens qui participent aux destructions. « L’ASE profite de l’occasion pour envoyer des notes de sympathie à tous ceux qui souffrent d’une manière ou d’une autre de la tribulation apportée par cette situation. ASE rejette loin et condamne tous les actes de violence commis sur la vie et les biens des personnes ces derniers jours. »

Ces derniers temps, de nombreux secteurs ou particuliés favorisent le dialogue entre les acteurs pour permettre au pays de sortir du piège dans lequel il se trouve .

« Les dégâts, la méfiance générale qui caractérise le comportement de tous les acteurs, est l’un des plus grands obstacles qui rendent le dialogue non sincère, pour établir une solution partagée, intégrée et pratique face à cette crise », de l’avis du chef du parti.

En guise de conclusion, les dirigeants de l’ASE invitent tous les secteurs à poursuivre le dialogue et à réfléchir sur une proposition de sortie de crise tout en estimant que le pays peut passer la phase difficile qu’il traverse si tous les acteurs mettent de la sincérité dans les pourparlers.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

2 + 9 =

Bouton retour en haut de la page