Des élections : le Blanc en demande, le Blanc en aura !

L’organisation des élections en Haïti est devenue, depuis ce mardi 25 août, une affaire sérieuse avec laquelle les PHTKistes ne semblent plus avoir le droit de badiner. Même s’il s’agit, pour l’instant, de l’évidence de l’autorité et non de l’autorité de l’évidence.

En deux tweets, publiés dans la langue d’Oswald Durant et dans celle de Voltaire, les États-Unis, Père tout-puissant du demi-dieu puissant, Jovenel Moïse, ont donné l’ordre. L’Oncle Sam a dit que les élections législatives et municipales doivent avoir lieu dans la petite République à la démocratie en panne, transformée en société anonyme.

Le Blanc a parlé, point barre ! Et le “oui Chef” de Jovenel Moïse ne s’est pas fait attendre.

Par le biais de son ministre des Affaires étrangères, Claude Joseph, très souvent étranger aux Affaires, le président de la République a annoncé que le train électoral sera mis en marche, aussitôt que les organisations sollicitées envoient leurs représentants pour former le CEP.

Dans cette atmosphère politique délétère où l’opposition tente de se renforcer, les bien-pensants inhalent déjà l’odeur du déraillement.

En effet, sans un consensus politique maximal (considérant les multiples foyers de gangs armés qui se mêlent du jeu), le train déraillera, implacablement, à la première station.

Malheureusement pour l’équipe des crânes mal rasés à qui l’autorité fait largement défaut, la paix ne se décrète pas ! Les Élections paraissent un Défi, alors que la Transition prétend au trône. À l’évidence, le jeu est à somme nulle, puisque les meneurs du gouvernement provisoire à venir ne sont pas, du moins pour l’heure, identifiables.

Haiti Infos Pro / HIP

Bouton retour en haut de la page