« Des importateurs pétroliers encouragent une nouvelle augmentation du prix du carburant », dénonce le MUTH

Le coordonnateur général du Mouvement unifié des transporteurs haïtiens (MUTH) Duclos Benissoit impute aux opérateurs pétroliers la responsabilité de la crise de l’essence provoquée. Il dénonce un groupe d’importateurs insatisfaits de leur marge de manœuvre qui pressent le gouvernement de facto d’augmenter le prix des produits pétroliers.

La rareté du carburant sur le marché local résulte d’un bras de fer entre le gouvernement de facto et un groupe d’importateurs de produits pétroliers. Selon le coordonnateur général du MUTH, Duclos Benissoit, des opérateurs pétroliers, insatisfaits de leur marge de manœuvre sur les produits pétroliers encouragent les autorités de facto à procéder à une révision à la hausse des prix du carburant à la pompe.

Le responsable du MUTH, scandalisé par la penurie du carburant provoqué par des membres du secteur privé, appelle la population à se mobiliser contre une nouvelle tentative d’augmenter les prix de l’essence sur le marché. De l’avis du syndicaliste, le comportement prédateur et criminel de ces acteurs pétroliers ne vise qu’à enfoncer la population dans la misère.

Dans le même temps, il écarte toute possibilité d’une pénurie du carburant en raison d’un stock de 360 mille barils de pétrole commandés, non distribués durant la période de «Pays lock». Cette considération s’appuie sur le blocage du site de stockage de Varreux par les gangs de la coalition criminelle de « G-9 an fanmi » et les mouvements populaires ayant retardé la décision d’augmenter l’essence sur le marché.

À ce stade, le MUTH déclare inadmissible qu’après l’élimination de la subvention sur le pétrole qu’une nouvelle augmentation est en perspective afin de satisfaire les caprices d’un secteur. En outre, l’Association nationale des propriétaires de stations de service (ANAPROSS) est dans le viseur du syndicaliste pour s’être engagée aux côtés du gouvernement dans la supression de la subvention et qui se positionne en faveur d’une nouvelle augmentation du carburant.

Il importe de rappeler que le programme de subvention ciblée paraphé entre le gouvernement de facto et des syndicats du transport en commun n’a jamais vu le jour. Aucune explication du pouvoir et des syndicats n’a été fournie en ce qui concerne la non application de ce programme.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

neuf − cinq =

Bouton retour en haut de la page