Des membres de la CSC/CA visés par une plainte pour séquestration de journalistes

Le reporter d’images de Radio Télé Ginen, Samuel Dallemand espère justice et réparation pour avoir été séquestré et agressé, le mercredi 23 septembre dernier, alors qu’il assurait la couverture de l’intervention du ministre Nader Joiseus, à la Cour supérieure des comptes et du contentieux administratif.

Au Parquet de Port-au-Prince, une plainte a été déposée, jeudi 24 septembre, par le cameraman Samuel Dallemand, moins de 24 heures après les incidents survenus à la CSC/CA. Le journaliste affirme avoir été victime d’agression et de séquestration de la part des membres de la Cour, dans l’exercice de sa profession.

Accompagné de Hervé Pierre, un autre cameraman de la Télévision nationale d’Haiti, Samuel Dallemand révèle avoir été l’objet d’injures d’intimidation des employés du tribunal administratif de l’avenue Christophe. En outre, selon ses déclarations, les agresseurs ont exigé des professionnels de la presse de supprimer des séquences audiovisuelles filmées pendant l’intrusion du titulaire du MTPTC, Nader Joiseus, dans des espaces réservés à la Cour.

D’autres menaces caractérisées , poursuit Dallemand, faisaient exigences aux deux cameramans de rendre leurs matériels, sous peine de les détruire. Des cartes d’enregistrement et d’autres supports ont été confisqués par ces “insensé”s, ont raconté les deux journalistes à leur sortie de la terreur.


Le responsable de SOS Journaliste appelle au respect du droit et de la liberté d’expression, une conquête fragilisée par des tentatives d’un retour à des pratiques rétrogrades. Lors d’une rencontre avec la presse, Joseph Guyler C. Delva dénonce et codamne avec véhémence, le comportement des employés de la Cour instruits, dit-il, par le Président Rogavil Boisguené, pour brimader des journalistes. Il promet d’accompagner le caméraman Samuel Dallemand dans sa tentative d’obtenir réparation.

H.N / Haiti Infos Pro

Bouton retour en haut de la page