Des milliers de citoyens marchent contre “le projet dictatorial” de Jovenel Moïse

Pour répondre à l’appel de différentes organisations de la société civile, plusieurs milliers de citoyens ont marché à Port-au-Prince, ce dimanche 14 février, en vue de dénoncer le “projet dictatorial” de Jovenel Moïse dont le mandat est arrivé à terme le 7 février dernier.

Il était environ 11h30 quand le cortège de manifestants qui se rassemblait sur la place Constitution a démarré pour rejoindre d’autres manifestants qui les attendaient au Carrefour de l’Aéroport.

Les manifestants munis de pancartes avec des slogans hostiles au président de facto, ont érigé des barricades de pneus enflammés sur la chaussée ainsi que des pierres et ont renversé sur leur passage des piles d’immondices.

Les protestataires reprochent au président contesté Jovenel Moïse de vouloir prolonger son mandat illégalement. Au moins une personne a été tuée et deux en sont sorties blessées par des tirs de balles en caoutchouc dont le journaliste Feguens Canez Paul de Capital FM. Le journaliste déplore le fait qu’un policier ait tiré dans sa direction même après l’avoir identifié comme un travailleur de la presse.

La marche a tourné au vinaigre à Pétion-Ville quand des manifestants ont mis le feu dans une voiture entre les Rues Clerveau et Darguin. Les forces de l’ordre, en plus d’avoir lancé des grenades lacrymogènes, ont tiré à balles réelles pour disperser les manifestants.

Bon nombre de citoyens ont brandi des photos du président désigné de la transition Joseph Mécène Jean Louis, précisant qu’ils ne reconnaissent plus Jovenel Moïse comme président du pays. 

“Nous demandons à la communauté internationale de cesser de support ce pouvoir en Haïti qui massacre les gens et qui veut instaurer une dictature dans le pays”, a dénoncé  Ebens Cadet de “Nou Konsyan” appelant à la mobilisation générale afin de renverser Jovenel Moïse, jugé illégitime, incompétent et corrompu. 

Haiti Infos Pro

Bouton retour en haut de la page