Des mouvements de foule à Port-au-Prince, malgré le Coronavirus

L’animateur de l’emission “Maten Deba”, Luckner Désir dit « Louko » a été interpellé, puis libéré ce vendredi 3 avril sur ordre formel du commissaire du gouvernement a.i de Port-au-Prince, Jacques Lafontant. Louko a été conduit au commisariat de Pétion-ville, suite à des déclarations controversées sur des masques de protection, en provenance de la Chine. Parallèlement, l’artiste haïtien internationalement reconnu Jean-Jean Roosevelt, qui aurait mal garé sa voiture tout près du Marché Salomon, a été lui aussi interpellé, bastonné puis libéré par des policiers affectés au sous-commissariat de cette zone.

À la mi-journée ce vendredi, la nouvelle a parcouru les réseaux sociaux. L’artiste haïtien Jean-Jean Roosevelt est interpellé. Selon la version de la victime, les policiers l’ont bastonné parce qu’il a tout simplement mal garé sa voiture. Ce qui lui a valu une contravention de la part des forces de l’ordre qui, par la suite, refusaient de lui en donner la fiche, à en croire l’interprète de “J’ai à cœur ma planète”.

L’artiste a été libéré sous forte pression de quelques dizaines de fans, de militants politiques ou de simples citoyens massés devant les locaux du commissariat de Marché Salomon où il a été gardé à vue. « Donnez-nous Jean-Jean Roosevelt ! Nous ne nous déplacerons pas sans lui », scandaient des protestataires en colère, qui en ont profité pour dénoncer « une arrestation illégale et arbitraire ».

Un mouvement de foule spontané réalisé malgré les risques de propagation du Coronavirus. Les avocats de Jean Jean ont dénoncé un abus de pouvoir et ont annoncé des poursuites judiciaires.

Alors que les citoyens se réjouissent de la libération de l’artiste, un autre scénario prenait sa place dans l’actualité. Tôt dans l’après-midi, l’animateur vedette de l’emission “Maten Deba”, Luckner Désir dit “Loucko” Désir, est interpellé par la police. Une interpellation faite à la sortie de la Radio Éclair, sur ordre formel du commissaire du gouvernement. Conduit au commissariat de Pétion Ville, Louko a été libéré, alors qu’aucune charge n’a été retenue contre lui. Ses déclarations relatives à la fiabilité des masques commandés par le gouvernement, seraient à la base de son interpellation.

La nouvelle est répandue sur tous les réseaux sociaux. Des dizaines de personnes en colère sont venues en support à Luckner Désir, malgré les risques de propagation du Covid-19. Ils ont même lancé des pierres en direction du commissariat de Pétion-Ville et incendié des seaux destinés au lavage des mains.

À sa sortie du commissariat, Luckner Désir, animateur très choyé par une frange de la population, a eu droit à un bain de foule et promet de continuer son travail. Ses avocats ont dénoncé une attaque à la liberté de la presse et une tentative d’intimidation.

Jean-Jean Roosevelt et Luckner Désir, 2 interpellations en une journée, qui ont provoqué des rassemblements spontanés, dans un contexte où le gouvernement haïtien exige le respect de la distanciation sociale. Suite a ces evènements, certains craignent même une propagation sévère de la pandémie dans le département de l’Ouest, qui a lui seul compte 13 personnes infectées, parmi les 20 cas confirmés par les autorités sanitaires.
Joubert Joseph / HIP

Bouton retour en haut de la page