Diplomatie : Ariel Henry s’envole pour la Floride et laisse derrière lui une poudrière

Le Premier ministre ne cesse, depuis son avènement au pouvoir, de prouver son insouciance vis-à-vis du peuple haïtien. Comme un père qui voit brûler la maison familiale et qui, au lieu de secourir ses enfants et sa femme en difficulté, s’enfuit pour sauver sa peau, le locataire de la Primature préfère laisser le pays qui connaît une vague de mouvements de protestation plutôt que de réunir l’équipe gouvernementale pour discuter des dispositions à adopter afin de donner satisfaction aux revendications légitimes de la population.

En effet, dans un tweet publié dans la matinée du mercredi 7 septembre, la Primature a annoncé que le chef du gouvernement a quitté le pays en direction de la Floride pour y revenir le vendredi 9 septembre 2022.

La quête d’investissement au profit du pays constitue le prétexte de cette visite qui, pour certains, représente un paradoxe, tenant compte du climat d’insécurité qui règne dans le pays depuis des lustres. Là-bas, le Premier ministre-président qui s’est fait accompagner de quelques membres de son cabinet et d’autres personnes, doit, selon la note, discuter avec un groupe d’entrepreneurs autour de l’opportunité de venir investir leurs capitaux dans ce pays qui fait face à une rareté sévère et répétitive des produits pétroliers.

Cette situation a provoqué un climat de tension dans le pays, occasionnant de manière spontanée des mouvements de protestation dans les dix département géographique.

Donc, pour laisser Haïti, le neurochirurgien de 72 ans était dans l’obligation de traverser des dizaines de barricades faites de gros grosses pierres, de pneus enflammés et d’autres objets, avant d’atteindre le tarmac de l’Aéroport International Toussaint Louverture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

5 × 2 =

Bouton retour en haut de la page