Économie : « Rétablir l’AGD dans sa mission première », Julcène Edouard veut relever le défi

Depuis le départ de Romel Bell, accusé d’implication dans le trafic d’armes et de munitions, l’Administration Générale des Douanes (AGD) est pilotée par Julcène Edouard.

Fraîchement nommé, l’ancien administrateur de l’institution qui détient désormais les commandes, se propose « d’essuyer le tableau ». Pour commencer, trois (3) réunions séparées ont eu lieu récemment avec les responsables de la douanes, les opérateurs économiques et les usagers.

À la rencontre avec les responsables de la douane, Julcène Edouard affirme n’avoir fait que « rappeler ce que dit la loi ». À l’attention des Directeurs des bureaux de douanes, le nouveau DG a souligné leur « obligation de résultats », à commencer par la stricte vérification des marchandises pour éviter l’entrée sur le territoire haïtien des produits prohibés au premier rang desquels les armes et les munitions. « Vous n’êtes redevables qu’envers l’Etat et l’État seul », a déclaré avec véhémence Julcène Edouard aux Directeurs des bureaux de douane.

Dans le cadre d’un dialogue constructif public/privé, l’actuel Directeur Général de l’AGD a eu des échanges avec un autre maillon fort dans la chaine douanière : les transporteurs, incluant les représentants et les agences martimes, terrestres et aériennes. À ces derniers, il a expliqué que « leur choix de rester en Haïti est d’autant plus louable qu’il est bénéfique pour l’économie ». Et ce choix pour être plus vivable nécessite la conjugaison des efforts visant à rendre l’Administration Générale des Douanes efficace et efficiente. « Un environnement macroéconomique sain, stable et propice aux affaires », voilà ce que prône le nouveau Patron de l’AGD qui croit dur comme fer que les « résultats » ne sont autres choses que le cumul des responsabilités assumées.

En dernier lieu, la nouvelle Administration s’est entretenue avec les « brokers », représentants directs des importateurs. À ceux-là, Julcène Edouard a rappelé leur « obligation première de préparer les déclarations en bonne et due forme ». Le but: éviter la corruption sous toutes ses formes. Dura lex sed lex, à cette dernière réunion, le numéro un de la Douane a cité l’article 269 du code douanier en vigueur régissant le rôle des commissionnaires en douane, autrement dit les « broker ». En cas de faute grave, l’agrément peut être coupé, a précisé l’ancien administrateur promu au poste de Directeur Général.

D’autres rencontres sont en perspective, selon ce qu’a fait savoir M. Julcène Edouard qui veut s’asseoir, dans un avenir très proche avec les importateurs, pour leur rappeler un ensemble d’obligations comme l’intérêt de collaborer, la vérification à domicile des marchandises, la nécessité de payer droits et taxes…

En effet, ces rencontres de sensibilisation s’inscrivent dans un seul but : le respect de la mission de protection, fiscale et économique de l’Administration Générale des Douanes (AGD).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

treize − six =

Bouton retour en haut de la page