EDE : « Le gouvernement a choisi de consolider son pouvoir au lieu d’équiper la PNH »

Le parti politique « Les Engagés pour le Développement (EDE) a ouvertement critiqué la demande faite par le gouvernement, relative à l’intervention d’une force militaire dans le pays dans l’objectif de faire régner l’ordre, la paix et la sécurité. Selon EDE, il s’agit d’un faux prétexte.

Les Engagés pour le Développement (EDE) ont fixé leur position sur la décision du gouvernement sollicitant une intervention militaire étrangère dans le pays. Dans une note datée du 10 octobre dernier, EDE estime que la demande du gouvernement est totalement incohérente, car l’équipe gouvernementale s’était systématiquement prononcée devant les instances internationales contre le déploiement des troupes étrangères dans le pays lors de la dernière assemblée générale de l’ONU.

« EDE croit que la demande d’intervention, loin d’avoir pour but d’adresser la crise humanitaire qui prévaut actuellement en Haïti, est un prétexte pour le Premier ministre de facto de renforcer et de consolider ses pouvoirs afin qu’il puisse rester le plus longtemps possible à la tête du gouvernement », lit-on dans le document de trois pages.

« EDE invite le peuple haïtien à prendre note de ce que le gouvernement de Monsieur Ariel Henry s’est plié devant les manœuvres intéressées et pressions inadmissibles du président dominicain, Monsieur Luis Abinader, qui, pour défendre ses propres intérêts, a entrepris, en maintes reprises, des démarches opportunistes auprès de certains partenaires d’Haïti en faveur d’une intervention militaire dans le pays », poursuit la note.

La structure politique se dit opposée fermement à toute intervention étrangère, soutenant qu’il revient à la Police Nationale d’Haïti (PNH) et non aux troupes étrangères de rétablir l’ordre et la paix dans le pays. Elle se dit conscient qu’au-delà de sa volonté, la PNH s’est révélée impuissante devant les actions criminelles des gangs en raison de son déficit de ressources humaines et matérielles.

« Face à ces limitations indéniables de la PNH et à la nécessité impérieuse de ramener la sécurité dans le pays, EDE croit qu’il est important pour la communauté
internationale de renforcer son appui technique, financier et matériel à l’institution policière, afin de lui doter des moyens nécessaires et suffisants pour lutter efficacement contre les bandits », lit-on dans le document.

Rappelons que le 9 juillet 2021, suite à l’assassinat du président Jovenel Moïse, Claude Joseph alors Premier ministre, avait sollicité l’envoi de troupes étrangères sur le territoire afin d’assurer la sécurité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

un × 3 =

Bouton retour en haut de la page