Emporté, Joseph Jouthe gifle un de ses pairs et les promoteurs des gangs

Une séquence audio virale sur les réseaux sociaux dévoile une intervention du Chef du gouvernement de facto, Joseph Jouthe, attaquant le nouveau projet de loi de finances 2020 et des politiques qui, selon lui, alimentent l’insécurité dans le pays.

Au bout de plus de deux minutes d’enregistrement, le Premier ministre, Joseph Jouthe, la langue déliée, a exprimé sa colère sur la situation d’Haïti sans budget national depuis plus de deux ans.

Le patron de la Primature, selon les contours de la conversation, semble s’adresser à son ministre de l’Économie et des Finances incapable de produire un cadre budgétaire reflétant la vision du président de la République, Jovenel Moise.

‘’Le retard dans la conception du budget s’explique par le fait que le document a été mal charpenté. En conseil des ministres, je me suis déjà engagé pour l’élaboration d’une loi fiscale réaliste. Depuis 6 mois, je vous dis que cette loi de finances est mal inspiré. Je suis devenu Premier ministre, il est revenu avec le même document; je lui ai conseillé de revoir sa copie’’, s’est énervé Joseph Jouthe.

La personne à qui le message a été destiné et les circonstances entourant cette sortie polémique de Jouthe demeurent pour le moins inconnues. Cependant, entre les lignes, des observateurs présument que la cible est l’actuel ministre de l’Économie et des Finances, Michel Patrick Boisvert. Ce dernier a été le dernier directeur général de l’institution à préparer une politique fiscale.

Se référant au ton emprunté par le Chef de la Primature, la discussion enregistrée à son insu laisse deviner un certain inconfort au sein de l’équipe gouvernementale. Dans le même registre, Joseph Jouthe s’en est pris aux politiques qui entretiennent l’insécurité. Ceux-là qui également se construisent par le mensonge ont été battus en brèche par Joseph Jouthe.

‘’Quelqu’un qui veut être candidat dans ce pays, je m’interroge sur ce qu’il va diriger. C’est un pays qui n’existe ni dans le réel, ni dans le fictif’’, s’est-il exclamé, avant de dénoncer des politiques qui, selon ses analyses, conduisent le pays vers l’abîme.

“Ils se contentent de vendre de faux discours. Accompagnés d’énergumènes, ils ne font que détruire la République en promouvant des gangs armés. Cette catégorie, faisant l’apologie du mensonge, ne respecte personne’’, a-t-il lâché.

Hervé Noel / HIP

Bouton retour en haut de la page