Enlèvement du pasteur Ferrer Michel : crime passionnel et implication présumée du ministre Quitel

Le ministre de facto de l’Intérieur et des Collectivités territoriales, également titulaire a.i de la Justice et de la sécurité publique, Liszt Quitel, doit s’écarter de ses fonctions pour se mettre à la disposition de la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ), à travers la cellule anti-enlèvement aux fins d’être auditionné sur son implication présumée dans le kidnapping, le 3 octobre dernier, du pasteur Jean Ferrer Michel de l’Église «Jesus Center», plaide le directeur exécutif du Réseau national de défense des droits humains (RNDDH). Pierre Espérance évoque une revanche passionnelle comme la cause de cet acte.

Selon Pierre Espérance, responsable du RNDDH, le pasteur Jean Ferrer Michel (78 ans) entretenait des liens extra-conjugaux avec l’épouse de l’actuel ministre de l’Intérieur, également titulaire a.i de la Justice, Liszt Quitel. Le militant des droits humains révèle qu’au moment du kidnapping du leader protestant, les bandits se sont clairement identifiés aux forces de l’ordre.

« C’est la Police nationale d’Haïti (PNH), vous êtes en état d’arrestation », a confié Pierre Espérance relatant la scène du 3 octobre, lors de l’enlèvement du dirigeant protestant.

Par ailleurs, le ministre Quitel profitant de sa position d’autorité du gouvernement de facto pour régler ses comptes avec le pasteur Ferrer Michel. L’enlèvement de Jean Ferrer Michel est ravivé par l’aventure extra-conjugale qui le lie avec l’épouse de l’officiel du pouvoir de facto, poursuit Pierre Espérance.

Parallèlement, en dépit d’une forte somme versée aux ravisseurs, la victime n’a pas été libérée. En outre, une séquence audiovisuelle, virale sur les réseaux sociaux, dévoile deux membres de la famille du responsable d’assemblée chrétienne exigeant sa libération. Ils évoquent la santé fragile de l’homme de Dieu, déjà septuagénaire.

Pierre Espérance exige une enquête judiciaire pour rétablir les faits sur le kidnapping du pasteur Jean Ferrer Michel, de l’Église «Jesus Center» de Delmas 29. Le militant des droits humains rappelle que le ministre Liszt Quitel a été cité dans le scandale de des 20 millions Gourdes alloués aux gangs de «G-9» dirigés par Jimmy « Barbecue» Cherizier pour approuver la 215ème commémoration de l’assassinat de Jean-Jacques Dessalines, au Pont-Rouge, le 17 octobre dernier.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 + 17 =

Bouton retour en haut de la page