Formation d’un nouveau CEP : des secteurs tournent le dos à Ariel Henry

Après le secteur des droits humains, c’est au tour de la Conférence Épiscopale d’Haïti (CEH) et la KRIFA, une organisation féminine, de fermer la porte à Ariel Henry. Ces deux structures ne veulent pas désigner de membres pour la formation du Conseil Électoral Provisoire (CEP). Selon ce qu’ont indiqué le mercredi 13 octobre 2021 leurs responsables, les conditions ne sont pas réunies pour entamer une telle démarche.

Le Centre Karl Lévêque, pour le secteur des droits humains, avait décliné l’invitation du Premier Ministre, soulignant que la conjoncture actuelle requiert une plus large consensus. Pourtant, pour le CEH, les conditions ne sont pas réunies. Elle croit que le CEP ne pourra pas travailler en toute quiétude et pour cela, elle dit prendre ses distances avec la démarche. Outre cela, l’insécurité généralisée qui ronge le pays reste un problème inquiétant pouvant empêcher la réalisation de bonnes élections dans un pays où les gangs armés opèrent sans la moindre inquiétude.

La KRIFA, quant à elle, au nom des femmes, dénonce ce qu’elle appelle la mainmise du Secteur Démocratique et Populaire (SDP) sur le secteur. Selon cette structure, le SDP veut contrôler la représentante de la gent féminine au sein de l’organisme électoral.

Parallèlement, il faut rappeler que le secteur du Vaudou ne voit pas les choses de la même façon. Ainsi, il serait prêt à désigner son représentant au Conseil Électoral Provisoire qui aura pour mission de réaliser le référendum et les élections générales.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix-neuf + 6 =

Bouton retour en haut de la page