Funérailles d’Éric Jean-Baptiste : l’engagement ambitueux d’Oliver Jean-Baptiste envers son père défunt

Le départ tragique de l’ancien candidat à la Présidence, l’homme d’affaires Éric Jean-Baptiste, fait planer des doutes sur l’avenir de plusieurs projets qu’il a entamés. Sur ce point, l’un des fils du secrétaire général du Rassemblement des démocrates nationaux progressistes (RDNP), Oliver Éric Jean-Baptiste, rassure et s’engage à poursuivre certaines œuvres de son père.

Un ciel rayonnant, une aube merveilleuse définit cette atmosphère moite qui traverse l’entrée de l’Église Saint-Pierre de Petion-Ville. Quand l’assistance se met à grossir, le perron de l’Eglise se fige dans un silence religieux. En cet automne troublé par une résurgence des actes d’insécurité, le départ tragique de l’homme d’affaires Éric Jean-Baptiste, laisse une sensation douloureuse impossible à soulager.

À l’arivée de la dépouille de l’homme d’affaires Éric Jean-Baptiste dans l’enceinte de l’Église Saint-Pierre de Pétion-Ville patinée par le temps, la famille éplorée profitait dans cet ultime moment intime pour partager les derniers instants avec l’homme mécène connu de tous. Il était question que seuls les proches de l’ancien candidat à la Présidence ont été autorisés à pénétrer, lundi, la nef de l’Eglise.

Sur la cour, les chuchotements et les commentaires sur le crime qui justifie ce rendez-vous funeste, fusaient de toutes parts. À l’arrivée du ministre de la Justice et de la sécurité publique Berto Dorcé, fraichement remplacé, une curieuse stupeur se lisait sur le visage de quelques membres de l’assistance. Le ministre tentait d’investir l’enceinte quand il a été retenu par l’un des agents de sécurité rapprochés qui montait la garde devant la grande porte. Au final, Berto Dorcé s’est résolu de regagner son véhicule après avoir été empêché a franchir l’intérieur de l’Eglise.

Plus d’une heure après, la famille a autorisé l’entrée au reste de l’assistance pour la céremonie funèbre. Le célébrant principal, le père Yrvelt Célestin Mondor, dans son homélie funèbre, a philosophé sur le caractère sacré de la vie. Il est d’une obligation de respecter la vie de ses semblables, plaide-t-il.

L’intervention des fils et autres proches du défunt lors des éloges funèbres constitue le point culminant des funérailles. Oliver Éric Jean-Baptiste promet de poursuivre l’œuvre de son papa. Il évoque le campus universitaire de Jacmel inachevé sur lequel le défunt comptait pour asseoir sa cote de popularité. Éric Jean-Baptiste portait Haïti dans son cœur, il n’avait nullement l’intention de l’abandonner. Les engagements se sont renouvelés, les fils du disparu sont appelés à tenir vivant sa mémoire. Au dernier rendez-vous avec l’ancien candidat à la Présidence d’Haïti, enlevé de manière tragique à l’affection de ses enfants, ses camarades politiques, ses compagnons de lutte, chacun a une pensée à adresser alors que d’autres se croyaient toujours dans un rêve.
Lors des salutations d’usage, le Premier ministre Ariel Henry a ete conspué par un groupe de militants en sortant de l’Église.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

dix-neuf − 8 =

Bouton retour en haut de la page