Georges Michel s’oppose à la modification de la Constitution par référendum

L’historien Georges Michel, intervenant sur les ondes d’une station de Radio, ce 27 octobre, a dénoncé la manière dont le président de la République, Jovenel Moïse, compte amender la Constitution, la qualifiant d’inconstitutionnelle.

Pour cette raison, il a exprimé son désaccord total avec une telle volonté et encourage les acteurs politiques à engager un dialogue franc.

L’historien a dit ne pas comprendre l’entêtement du chef de l’État à vouloir modifier la loi sur laquelle il a prêté serment. Aussi, il croit que pour réaliser des élections actuellement en Haïti, un grand dialogue qui débouchera sur un accord entre les différents acteurs politiques s’avère nécessaire. Il a aussi fait mention des gangs armés qui continuent d’étendre leurs tentacules partout dans le pays et l’impossibilité pour l’Office Nationale de l’Identification de délivrer des cartes aux électeurs à temps. Tout cela rend impossible la tenue de nouvelles élections en Haïti.

En ce sens, M. Michel a prévu des jours sombres en Haïti. Exprimant sa peine, l’historien croit aussi qu’il est imminent que des militaires étrangers débarquent en Haïti pour rétablir la paix. Pour éviter tout cela, la voie la plus correcte, selon lui, est un accord politique.

Accord politique? Plutôt controversé dans un contexte où certains acteurs de l’opposition politique disent ne pas vouloir rencontrer Jovenel Moïse, et d’autres, à l’instar de Desras Simon Dieuseul, affirment que plusieurs d’entre eux ont déjà discuté avec le chef de l’État. Dans ce tohu-bohu, la population, livrée à elle-même, se perd de plus en plus.

Eddyson de Varain / HIP

Crédit Photo Internet

Bouton retour en haut de la page
Haïti Infos Pro