Grève : Pour la deuxième journée consécutive, les activités sont au point mort à Port-au-Prince

Paralysie totale des activités socioeconomiques et commerciales, les rues de la région métropolitaine sont complètement désertes, ce mardi 27 septembre 2022. À l’évidence, la population apporte sa solidarité aux associations syndicales de transport en commun pour la deuxième journée de grève.

Les stations de camionnette sont complètement vides, les motocyclistes, qui assurent généralement la circulation en temps de grève, sont peu nombreux. En revanche, certains citoyens sont obligés de prendre la route à pied pour se rendre à leur destination.

Des patrouilles policières sont remarquées dans différents points fixes. Certaines sont postées devant des entreprises privées ou publiques sur l’autoroute de Delmas et à Petion-Ville. D’autres font le va-et-vient.

Un citoyen, dans la trentaine, rencontré au carrefour de l’aéroport, est visiblement désespéré. Il nous raconte le calvaire qui est le sien depuis hier : « Je reviens de Pétion-Ville c’est là que se trouve mon boulot, mais j’habite à Carrefour, vu la situation, je suis obligé de prendre la route à pied pour traverser Martissant, car je dois retrouver ma famille. C’est très fatiguant ».

Si la semaine écoulée des barricades de pneus enflammés, des branches d’arbres, des carcasses de voitures entre autres servaient d’obstacles, cette semaine les mouvements de protestation sont plutôt passives et les citoyens interrogés disent appuyer toute forme de mouvements visant à forcer le premier ministre Ariel Henry à faire marche arrière, en ce qui concerne la hausse des prix du carburant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

trois × deux =

Bouton retour en haut de la page