Guerre des gangs à Cité Soleil : Ariel Henry, un provocateur cynique et froid

Ce n’est un secret pour personne qu’Ariel Henry et le cynisme partagent le même lit. Arrivé au pouvoir comme par enchantement, le Premier ministre de facto se contente uniquement de s’agripper aux privilèges, tournant ainsi le dos allègrement à ses responsabilités.

La preuve : plus les balles chantent un peu partout à travers le pays, plus le Chef du Gouvernement illégitime s’enfonce dans son mutisme dégradant et déshumanisant. Englué dans un « déni indécent », Ariel Henry n’a pas d’yeux ni d’oreilles pour les âmes broyées par les machines infernales de « Barbecue », « Izo », « Ti Lapli », « Ti Gabriel », et toutes les bêtes féroces à visage humain nommés, faute d’un qualificatif plus inhumain, gangs armés.

L’attitude du neurochirurgien amorphe et apathique vis-à-vis des morts et familles de victimes à Cité Soleil étonne pour la simple et bonne raison que : apparemment homme fait de chair et d’os, certains font encore confiance à l’humanité d’Ariel Henry. Mais, en prenant le pouvoir dans les conditions que l’on sait, le septuagénaire semble s’être défait des sens, émotions, sensations, sensibilités qui faisaient de lui un « humain ».

Comme un robot programmé, Ariel Henry est plus intéressé, plus touché par la mort d’un « étranger lointain » qu’un Haïtien partageant avec lui les 27. 750 km2. Ce mardi 12 juillet 2022, le Chef du gouvernement, en bon provocateur cynique et froid, nous a lancé un message subtilement fort : la vie de Shinzo Abe, l’ancien Premier ministre japonais, vaut dix fois, 100 fois, mille fois plus que celle des Haïtiens vivant dans le vaste bidonville Cité Soleil, Martissant, Bel-Air, Pernier, Torcel… En signant le registre de condoléances ouvert à l’Ambassade du Japon en Haïti, à la suite de l’assassinat de Shinzo Abe, Ariel a craché à cœur joie sur les cadavres des habitants de Cité Soleil.

En tout cas, il a été longtemps dit : il n’est pire aveugle que celui qui ne veut pas voir, pire sourd que celui qui ne veut pas entendre. Pour aider le neurochirurgien à recouvrer la vue et sa faculté d’écoute, Haïti se doit de se mettre en mode Sri-Lanka, à savoir se soulever pour mettre fin au règne du cynisme assorti du mépris arrogant, inauguré par Ariel Henry et ses séides.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

18 − neuf =

Bouton retour en haut de la page