Actualités

Haïti : controverses et préparation militaire après la mise en « Condition D » des forces armées

Suite aux instructions du Ministre de la défense, Jean Marc Berthier ANTOINE, le Directeur Général du Ministère de la défense, Colonel Louis Marcelin Daniel, a émis une circulaire importante adressée au Commandant en Chef a.i des Forces armées d’Haïti (FAD’H), le Général Jodel Lessage. Cette circulaire demande la mise en « condition D » des Forces armées d’Haïti, une mesure significative dans le cadre des priorités stratégiques visant à renforcer les capacités opérationnelles de l’armée.

La « condition D » signifie que tous les soldats doivent regagner leurs casernes et se tenir prêts au combat, prêts à faire face à toute situation d’urgence. Cette directive, qui s’inscrit dans les efforts du Ministère pour assurer une réponse efficace aux menaces pesant sur le pays, a été communiquée via une correspondance datée du mardi 18 juin. Le Ministère de la défense a précisé sur X (anciennement Twitter) que des instructions subséquentes suivront, soulignant ainsi le caractère évolutif de la situation.

L’annonce de cette directive a suscité des réactions variées. L’ancien colonel Himmler Rébu a souligné l’importance de cette mesure en termes de préparation militaire, mais a critiqué la diffusion de la circulaire sur les réseaux sociaux. Selon Rébu, une telle décision devrait être rendue publique par le commandant en chef, qui commande directement les troupes, et non par le biais de publications administratives. Cette critique met en lumière les préoccupations concernant la gestion de l’information sensible et la chaîne de commandement.

De plus, Rébu a exprimé son désaccord avec l’utilisation des forces armées pour la sécurité des VIP, plaidant plutôt pour la création d’agents spécialisés dans la protection des hauts fonctionnaires et des bâtiments publics. Cette position reflète une vision de l’armée concentrée sur les missions de défense nationale plutôt que sur des tâches de sécurité personnelle.

Cette circulaire controversée a été émise le même jour que la cérémonie de graduation de plus de 450 policiers d’unités spécialisées de la Police Nationale d’Haïti (PNH). La concomitance de ces événements a alimenté les débats dans l’opinion publique, certains y voyant une tentative de réaffirmation de l’autorité militaire face aux défis sécuritaires croissants.

Le Ministre de la Défense, dont l’identité est associée aux initiatives de EDE/RED et Compromis Historique, semble engagé dans une stratégie de renforcement des institutions de sécurité du pays. Cependant, la réception mitigée de cette décision montre les tensions existantes entre les différentes branches de la sécurité nationale et les attentes de la population.

La mise en « condition D » des Forces armées d’Haïti représente une étape significative dans la stratégie de défense du pays. Toutefois, la controverse autour de la communication de cette directive et les critiques sur l’utilisation des ressources militaires soulignent les défis complexes que le Ministère de la défense doit relever. Dans ce contexte, il est nécessaire de maintenir une coordination efficace et transparente entre les différentes entités de sécurité pour répondre aux menaces et assurer la stabilité nationale.

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page