Haïti-Coronavirus: Quelles mesures faut-il adopter pour sécuriser les points frontaliers non officiels ?

Les dispositions extrêmes annoncées par le gouvernement haïtien pour éviter l’introduction du Covid-19 visent essentiellement la fermeture des quatre points frontaliers officiels entre Haïti et République dominicaine (Ouanaminthe, Malpasse, Belladère et Anse-à-Pitres). Les points non officiels, évalués à plus d’une centaine, font malheureusement objet de mesures moins drastiques.

La question a été agitée à l’occasion du lancement, au ministère de la Communication, du Centre d’informations permanentes sur le Covid-19. Quelles mesures faut-il prendre pour contenir le flux migratoire entre Haïti et la République dominicaine à travers les points non officiels ? À cette interrogation, la réponse du Premier ministre, Joseph Jouthe semble, de l’avis des citoyens, non convaincante.

‘’Dans les points non officiels, des mégaphones et sound-trucks seront mobilisés dans le cadre d’un programme de sensibilisation sur le Coronavirus. À cette fin, des autorités locales ont été instruites par le ministre de l’Intérieur et des Collectivités territoriales, Audain Fils Bernadel’’, a déclaré Joseph Jouthe.

Le durcissement des dispositions visant à contenir la propagation du Coronavirus sur le territoire haïtien risque de provoquer des vagues. Au regard des annonces de fermeture des points officiels, l’afflux de migrants vers les points non officiels risque d’accroître, selon des experts.

Hervé Noël / HIP

Bouton retour en haut de la page