Haïti-Crise : Port-au-Prince, un lundi gras aux activités squelettiques

Haïti-Crise : Port-au-Prince, un lundi gras aux activités squelettiques 2
24 heures après une journée de tension dans la capitale haïtienne, les rues étaient quasiment désertes ce matin. Le commerce, l’administration publique et les banque étaient fermés et les transports en commun, publics et privés, fonctionnaient au ralenti.

Aux premières heures de ce lundi qui devait être le 2ème jour des festivités carnavalesques, les véhicules se faisaient rares dans les rues de Port-au-Prince, Croix-des-Bouquets, Tabarre, Delmas, Pétion-Ville.

Au bas de la ville les tréteaux des petits commerçants sont restés entassés, pas d’exposition de marchandises. Le décor est on ne peut plus sombre dans la capitale, ce lundi 24 février. Tôt dans la matinée, des tirs d’armes ont été entendus dans plusieurs zones.

Passées dix heures, au Champ-de-mars, foyer de l’affrontement entre policiers et soldats de l’armée d’Haïti ce dimanche, des pneus enflammés sont remarqués sur plusieurs artères, certains protestataires sont déjà sur les lieux.

À l’heure actuelle, un groupe d’hommes armés, encagoulés se réclamant de la police se préparent à regagner les rues. Une journée qui s’annonce difficile.

Kettia JP Taylor / HIP

Bouton retour en haut de la page