Haïti-Insécurité: BINUH dénonce l’inaction des autorités face aux attaques des gangs armés

Haïti-Insécurité: BINUH dénonce l’inaction des autorités face aux attaques des gangs armés 2
Dans un rapport de plus de 15 pages, les Nations-Unies reviennent sur les conflits armés dirigés par l’ancien policier, Jimmy Cherizier, alias Barbecue, au quartier de Bel-Air dans la nuit du 4 au 6 novembre de l’année dernière.

« A l’issue de ses enquêtes, le Service des Droits humains (SDH) est en mesure de confirmer qu’entre le 4 et 6 novembre 2019, à Bel-Air, au moins trois personnes ont été tuées et six autres blessées, dont cinq par balles (y compris une mineure). Au moins 30 résidences et 11 voitures ont également été détruites », dénoncent les Nations Unies dans ce rapport dont la rédaction d’Haïti Infos Pro a eu copie.

Le Bureau intégré des Nations Unies en a profité pour faire une radiographie des gangs armés basés dans la région métropolitaine du pays. Il regrette que les autorités nationales n’aient pris aucune mesure apparente pour intervenir et protéger la population face à ces attaques.

Par ailleurs, les Nations Unies demandent l’ouverture d’une enquête pour non-assistance à personne en danger.

« L’absence de réponse policière au moment des attaques pour protéger la population, qui est à proximité de différentes positions de la police, nécessite l’ouverture d’une enquête approfondie », soutient le Bureau Intégré des Nations Unies qui ont fait savoir que le BINUH a reçu des allégations sur la mort de six autres personnes ; cas qui n’ont pu être vérifiés.

Les Nations Unies notent que ces incidents se sont produits alors que des policiers, accompagnés de Jimmy Cherizier, alias Barbecue, James Alexander, alias Ti Sonson et Alex, dit Malkonprann, respectivement chefs des gangs de Delmas 6, de la base Krache Dife (Bas Bel-Air), et de la rue Saint Martin, tentaient de lever des barricades dans le quartier de Bel-Air reconnu comme un foyer de mobilisation anti-gouvernementale au moment du mouvement «peyi lòk».

Joubert Joseph. / HIP

Bouton retour en haut de la page