Haïti-Insécurité : La coalition G9, véritable épine dans le pied du Gouvernement

Depuis tantôt quatre semaines, l’accès au plus grand terminal pétrolier du pays situé dans la commune de Cité Soleil est bloqué par des membres du groupe de gang dénommé G9, qui réclament paradoxalement la démission du premier ministre Ariel Henry à la tête du pouvoir.

Cette situation a provoqué la paralysie des centres hospitaliers, des banques et des entreprises commerciales dont le fonctionnement dépend presqu’entièrement du pétrole sur l’ensemble du territoire national.

Depuis le premier jour du blocage du Terminal Varreux jusqu’à date, la Police Nationale d’Haïti a tant bien que mal essayé de mener des opérations en vue d’en reprendre le contrôle pour faciliter la distribution des produits pétroliers, ces tentatives ce sont révélées malheureusement vaines. Pas plus tard que le mardi 10 octobre 2022, des unités spécialisées de l’institution policière ont une nouvelle fois essuyé des tirs nourris venant des membres de la coalition G9, dirigée par Jimmy Cherisier, « Barbecue », lors d’une tentative de déverrouillage du Terminal Varreux pour libérer le carburant.

La puissance de feu des bandits a repoussé l’équipe de la police nationale qui n’était pas en mesure de remplir les objectifs de l’opération en dépit du fait que les agents aient eu recours à l’utilisation de véhicules blindés. Face à cette défaite, des membres de la coalition des gangs ont foulé le macadam dans l’après-midi du même jour au bas de Delmas, pour fêter cette victoire, en faisant chanter la poudre sur tout le parcours.

En réaction, la Police Nationale d’Haïti, qui se trouve dans ses petits souliers, a indiqué, ce mardi 11 octobre 2022, à travers une vidéo de propagande publiée sur sa page Facebook, que des unités spécialisées, la section d’engins lourds de la PNH, entre autres, sont encore à pied d’œuvre en vue de faciliter la reprise des opérations au niveau de cet important centre de stockage de carburant.

Face à leur impuissance par rapport à l’arrogance de ce puissant gang, les 19 ministres de l’équipe gouvernementale ont à l’unanimité signé une résolution officielle, demandant l’intervention d’une force militaire étrangère dans le pays pour résoudre ce problème.

En attendant l’arrivée ou pas de cette force armée, des patients meurent quotidiennement dans les centres hospitaliers du pays faute d’oxygène, les membres de la population continuent d’être la proie des gangs armés, au mépris des membres de ce gouvernement qui ne s’accrochent qu’aux privilèges découlant de leurs fonctions.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

6 − 1 =

Bouton retour en haut de la page