Haïti : L’ONU condamne les violences, appelle à l’unité pour désamorcer la crise

Après avoir annoncé la réduction de son personnel en Haïti suite à 10 jours d’émeutes dues à l’augmentation des prix des produits pétroliers, le Bureau Intégré des Nations Unies en Haïti (BINUH) a renouvelé, samedi 24 septembre, son engagement à travailler avec le pays tout en condamnant les violences et en a profité pour appeler toutes les forces vives de la nation à l’unité.

« La priorité des Nations Unies en Haïti est de continuer à remplir son mandat et de soutenir le peuple et le gouvernement d’Haïti, dans un contexte où les Haïtiennes et les Haïtiens sont actuellement confrontés à l’insécurité et à l’incertitude persistantes dans la capitale – Port-au-Prince- et dans tout le pays », peut-on lire au préalable dans un communiqué de presse acheminé à la rédaction du journal.

Dans la foulée, le BINUH a tenu à préciser que « le personnel de l’ONU essentiel pour soutenir les efforts de stabilité et de sécurité et aussi pour mener des interventions qui permettraient de sauver des vies poursuivra ses activités depuis Haïti ». Par ailleurs, il a souligné qu’« un petit nombre de membres du personnel travailleront à distance afin de pouvoir remplir leurs fonctions plus efficacement ».

Plus loin, le BINUH a ajouté que ces activités consistent à apporter un soutien à la population qui fait face à la situation actuelle. « Le support apporté par l’ONU ayant pour but de construire une vie digne pour tous les Haïtiennes et les Haïtiens reste maintenu et est essentiel », lit-on dans cette note dont la rédaction a eu copie.

« L’ONU en Haïti condamne les violences dont le pays a été témoin ces dernières semaines et appelle tous les acteurs à travailler ensemble pour désamorcer la situation et assurer un retour au calme », a poursuivi le communiqué tout en indiquant que le BINUH surveille de près l’évolution de la situation et se tient prête à déployer un appui humanitaire d’urgence si les besoins humanitaires sont amenés à être accrus.

Enfin, l’ONU a renouvelé son engagement de continuer de travailler « sans relâche avec les représentants du gouvernement, les acteurs politiques, les groupes de la société civile et les parties prenantes du secteur privé afin de trouver des solutions durables à cette crise et un avenir pacifique et prospère pour toutes les Haïtiennes et tous les Haïtiens ».

Rappelons que la situation due à l’augmentation des prix des produits pétroliers est toujours fragile. La rareté du carburant persiste. Les appels à manifestations ont été renouvelés. Des villes de province restent encore barricadées. La fédération des gangs criminels dénommée « G9 » bloque l’accès à l’un des principaux terminaux pétroliers de la capitale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

8 − 1 =

Bouton retour en haut de la page