«Il n’y a pas de répit, le mouvement « fèmen peyi » se poursuit», martèlent les syndicalistes

L’opération «fèmen peyi» se poursuit jusqu’au mercredi 27 octobre 2021 pour la troisième et la dernière journée consécutive. C’est ce qu’ont laissé entendre en conférence de presse ce mardi 26 octobre 2021 les syndicalistes regroupés au sein de «Fòs Sendikal pou Sove Ayiti» (FOSSA). Également, Jacques Anderson Desroches, Rémy Sanozier et Yves André Joseph critiquent le silence complice des autorités en place et leurs démarches pour mater la grève en déclarant que le carburant est disponible à Varreux et à Thor.

Pas de répit. Le mouvement poursuit sa course. Selon les syndicalistes, il faut à tout prix et sans relâche protester contre le kidnapping, l’insécurité, la rareté mais aussi la hausse des prix du carburant. Pour cela, ils appellent la population à maintenir sa position jusqu’au mercredi 27 octobre 2021, soulignant qu’au milieu de cette journée, la FOSSA fera le point sur cette lutte.

Parallèlement, ils critiquent l’inaction des autorités en place, dont Ariel Henry, le chef du gouvernement, qui ne font rien pour forcer les bandits armés du G9 à libérer la route de Varreux et de Martissant. Aussi, ils désapprouvent le Bureau de Monétisation du Programme d’Aide au Développement (BMPAD) qui veut faire croire que le carburant est disponible dans les centres de stockage. «Si gen gaz vre, menm si kamyon pa ka pase Matisan, kisa ki fè depatman nan Sid yo pa ka jwenn gaz?», se questionnent-ils.

Il faut rappeler que les deux premières journées de «fèmen peyi» ont paralysé toutes les activités dans le pays où les écoles sont contraintes de fermer leurs portes, le transport en commun est complètement absent et les entreprises publiques et privées sont restées fermées.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix-huit + 12 =

Bouton retour en haut de la page