Insécurité : Confusion autour de l’assassinat de trois hommes à Lalue

Des témoins font état de fortes détonations qui ont vibré, mercredi de très tôt, l’environnement de la Fondation haïtienne de diabète et de maladie cardiovasculaire (FHADIMAC) à Lalue. Il reste cependant à éclaircir le drame après avoir confronté les thèses relevant d’une tentative d’enlèvement sur 3 occupants d’un véhicule ou encore d’une intervention policière pour mettre en déroute des kidnappeurs.

Le juge de paix Manuel Prévillon, après rapport du procès-verbal, confirme l’identité de trois occupants d’une « 4Runner » grise, gisant dans leur sang. Mario Joseph, Jean-Michel Bien-Aimé et Jean-Brunel Vaccius, trois jeunes, ont été abattus par des inconnus. Selon la version du magistrat, les victimes ont été criblées de balles par des armes de grand calibre lors de cette attaque meurtrière survenue à l’aube à l’Avenue John Brown. Les corps sans vie ont été repérés dans un état critique avec des organes vitaux pratiquement détériorés.

Pour des témoins, le crime a été commis par des hommes lourdement armés qui défilaient dans un véhicule, et qui ont dégainé leurs armes en direction de la « 4Runner ». Une voix ayant observé les faits rapporte une scène effarante de véhicule mis en travers sur la chaussée, de menaces verbales proférées par des hommes encagoulés et d’écho de retentissement de balles. Le chauffeur d’un véhicule ayant à bord des policiers d’unité administrative a été mis en garde afin de ne pas progresser dans le périmètre de la scène du crime.

Un véhicule « Zo reken » est mis en cause dans le drame, rapportent des témoins, balayant la thèse d’une opération policière. Cette version soutient que l’acte a été commis par des civiles armés ayant pris en filature le véhicule des victimes. Dans le même registre, d’autres considérations sur une intervention des forces de l’ordre pour mettre en échec une tentative de kidnapping ont alimenté la confusion.

Dans la foulée, selon une source policière qui s’est confiée à Haïti Infos Pro, la voiture à bord de laquelle se trouvaient les trois victimes avait été volée lors d’un kidnapping. Une fois libéré, le propriétaire du véhicule avait négocié avec les ravisseurs pour le récupérer. Toujours selon notre source, les trois hommes ont été exécutés par la police sous prétexte que la voiture de marque « 4Runner » faisait l’objet d’une alerte.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

15 − deux =

Bouton retour en haut de la page