Insécurité – Fête de fin d’année : Quand des membres de la diaspora s’éloignent d’Haïti

Des haïtiens vivant aux Etats-Unis décident de ne pas se rendre en Haïti à l’occasion des fêtes de fin d’année. Pour justifier l’annulation de leurs voyages, ces compatriotes évoquent la détérioration du climat d’insécurité dans le pays. Si certains tournent le dos complètement à Haïti pendant la Noël, d’autres rencontrent leurs proches en République Dominicaine. Une dernière catégorie fait quand même le voyage, mais de manière très discrète.

Au milieu d’un étang de neige, dans une rue de Brooklyn à New York, Wilgimpson Michel tente d’atteindre son domicile, après une soirée de travail. Dans un « live » diffusé jeudi sur sa page Facebook, ce jeune qui vit aux Etats-Unis depuis 6 ans, affirme être pris entre le froid et le désir de rentrer dans son pays, a l’occasion des fêtes de fin d’année. 2 jours après la publication de cette vidéo, Wilgimpson est encore habité par la frustration. « A cause de l’insécurité, je ne peux pas rencontrer ma femme et mon fils qui sont actuellement en Haïti. La situation est grave », déclare-t-il.

Venir en Haïti pendant la Noël, une coutume à laquelle certains Haïtiens de l’étranger ne veulent pas renoncer. Mais cette année, la réalité semble avoir changé. Patrick Raphaël vit également à New York, et décide, il y a une semaine, d’annuler son séjour. Junior Oracius qui s’installe à Boston décide lui aussi de ne pas mettre les pieds en Haïti cette année. Ce jeune homme de 34 ans affirme avoir annulé son voyage à plusieurs reprises.
« C’est triste et révoltant ! », s’énerve de son côté Jackson Volmar, qui nous parle depuis Californie. Ce citoyen qui voulait emmener sa mère dans son pays d’origine durant la période de fête, se trouve dans l’obligation de surseoir à ce voyage, en raison de l’insécurité.

Voyager vers Haïti, un choix risqué pour certains, une idée folle pour d’autres. Daphney Jean Baptiste est on ne peut plus énervée, elle estime inconcevable de passer la Noël en dehors de son pays. Dachmy Estimé lui, s’était rendu en Haïti il y a environ 3 ans pour les funérailles d’un proche. Pour la fin de cette année et le nouvel an, M. Estimé qui évolue à New Jersey depuis 13 ans, n’est pas prêt à fouler le sol haïtien pour l’instant.

En Floride, État situé à environ 2 heures d’avion de Port-au-Prince, plusieurs citoyens haïtiens ont annulé leurs vols. Inquiet pour sa sécurité, Peterson Louis n’a pas pu faire le voyage vers Haïti, où il devait participer aux funérailles de son frère il y a quelques semaines. « Chak fwa poum fè tikè a, fanmi m pa vle. Antèman an fèt, mwen oblije pa ale, parapò a jan sitiyasyon peyi a ye », informe ce jeune garçon.

Rencontres familiales en Republique Dominicaine

Exigences familiales obligent, certains compatriotes haïtiens utilisent d’autres moyens pour rencontrer leurs familles. Mackenson Polynice était en République Dominicaine il y a quelques jours, pour rencontrer ses enfants qui vivent en Haïti. Pour ce jeune garçon, « c’était un choix réfléchi et stratégique ». « Lè mwen te rankontre yo, yo te santi yo kontan. Se kòmsi se nan yon lanfè yo te soti. Peyi a vrèman pa ankouraje moun vin ladann », s’indigne-t-il.

Mackenson n’est pas le seul à faire cet exercice. Contacter par téléphone, un autre compatriote annonce qu’il se rendra bientôt en terre voisine. « Je pouvais prendre l’avion pour Haïti, mais malheureusement, la situation ne s’y prête pas », souligne ce résident qui s’installe.

Si ces haïtiens s’éloignent d’Haïti et priorisent la République voisine, d’autres se libèrent de toute inquiétude, et s’envolent quand même pour Haïti, mais dans la plus grande discrétion.

Des voyages en toute discrétion

Dimanche 20 Décembre 2020. 11h du matin. Départ de l’aéroport international de Fort Lauderdale, en Floride. Sur le comptoir de l’une des compagnies aériennes, l’embarquement vers Haïti vient de se terminer à peine. Malgré l’insécurité, un employé de l’aéroport qui requiert l’anonymat, informe que les avions sont remplis.

Des Haïtiens qui voyagent en toute discrétion mais débordés d’angoisse et de préoccupations, John Steeve en connaît beaucoup. Ce jeune qui s’installe aux Etats-Unis depuis des années, souligne que plusieurs de ses amis se sont rendus en Haïti sans fanfare, ni sirène. Parmi les membres de la diaspora qui font quand même le voyage, Wadson Phanord, actuellement en Haïti pour une urgence familiale. « Le pays fait peur. C’est du jamais vu », regrette l’ancien journaliste de RFM.

Frustrés, ces compatriotes haïtiens appellent les autorités étatiques à remplir leur mission, en vue de contrecarrer l’action des bandits. Aux citoyens, des membres de la diaspora les invitent à rester solidaires dans cette situation complexe.

En Novembre dernier, le Président de la République Jovenel Moïse avait, dans un message publié sur son compte Twitter, invité la diaspora haïtienne à venir en Haïti pendant les fêtes de fin d’année. Mais entre le froid, le stress de l’Amérique et l’insécurité en Haïti, certains haïtiens font leur choix, et espèrent revoir leur terre natale à une prochaine occasion.

Haiti Infos Pro / HIP

Bouton retour en haut de la page
Haïti Infos Pro