Insécurité / Gangs armés : Un gouvernement, double langage

Alors qu’en conférence de presse ce mercredi, le ministre de la justice Lucmane Delile a promis de traquer les bandits jusqu’à la porte de l’enfer, le Premier ministre de facto, Joseph Jouthe affirme être en contact avec des chefs de gangs afin de les convaincre de déposer les armes.

“Je parle aux chefs de gangs de la 3e circonscription de Port-au-Prince”, a avoué mercredi le premier ministre de facto, Joseph Jouthe, en conférence de presse en sa résidence officielle, tout en menaçant de les poursuivre s’ils n’obtempèrent pas.

Joseph Jouthe avoue développer de très bonnes relations avec les chefs de gangs depuis sa nomination. Une déclaration “extrêmement grave” qui pourrait choquer la population déjà terrorisée par ces malfrats, à en croire l’avis de certains observateurs.

“J’ai parlé au téléphone avec Izo 5 Secondes, Amos et Manno”, a poursuivi le chef du Conseil Supérieur de la Police Nationale, qui a fait savoir qu’il communique avec les gangs afin de les convaincre de déposer les armes.

Alors qu’en conférence de presse ce mercredi même, le ministre de la Justice et de la Sécurité Publique, Lucmane Delile a promis de traquer les gangs jusqu’à la porte de l’enfer.

Réagissant sur la fusillade qui a eu lieu mardi soir à Martissant où environ 5 personnes ont été tuées, Lucmane Delile n’y va pas à main morte. “Nous voulons dire aux proches des victimes que nous allons donner une réponse appropriée à cet acte terroriste perpétré à Martissant hier soir”, a tempêté le ministre de la justice.

“Nous avons donné l’ordre à la PNH de stopper les bandits armés”, a-t-il laissé croire. “Nous allons les traquer comme des bêtes sauvages”, a-t-il conclu tout en se disant être indigné des forfaits des caïds de la 3ème circonscription de Port-au-Prince.

En se montrant incapables de s’entendre sur une seule stratégie pour combattre l’insécurité, les autorités semblent être en train de jouer à la roulette russe avec la vie des citoyens.

Joubert Joseph / HIP

Bouton retour en haut de la page