Jovenel Moïse demande à la population de « taper sur la main » de ses opposants

Le président de facto Jovenel Moïse, jugé incompétent et corrompu, a récidivé en demandant à la population de taper sur la main de ses opposants qui, selon lui, empêchent le pays d’avancer. Alors que dans le même discours, Jovenel Moïse invite les acteurs de l’opposition et de la société civile au dialogue afin de contenir cette crise dans laquelle le pays s’enlise. Jovenel Moïse souffre-t-il de schizophrénie?

Dans une cérémonie tenue ce jeudi 6 mai au Palais National en vue d’installer le Conseil National d’Assistance Légale (CNAL), Jovenel Moïse dit constater, depuis son arrivée au pouvoir, que les tribunaux sont la plupart du temps en grève et ne s’ouvrent que pour libérer des criminels et des gens qui organisent des coups d’Etat.

« Les tribunaux sont en grève pour les nécessiteux mais ne s’ouvrent que quand il faut donner audience à des criminels et des gens qui concoctent des coups d’Etat », fait savoir l’incompétent patenté expliquant la raison d’être du CNAL qui, d’après lui, favorisera les plus pauvres en leur accordant des assistances judiciaires.

Plus loin, Jovenel Moïse évoque “des mains invisibles qui encouragent le chaos en Haïti” afin de l’empêcher de travailler pour le pays retournant sur son appel voilé à la violence demandant à la population de les taper sur les mains. 

Il en a profité pour s’en prendre à des acteurs du pouvoir judiciaire qui, selon lui, veulent être président arguant que les juges ne doivent pas s’immiscer dans la politique. À noter que le CNAL est composé du ministre de facto de la justice Rockfeller Vincent, du protecteur du citoyen Renand Hedouville, du ministre de facto de l’économie et des Finances Michel Patrick Bois-Vert, du président de la fédération des barreaux d’Haïti Jacques Letang et de André Saint-Hizaire du CSPJ. 

Bouton retour en haut de la page