Jovenel Moïse, les compagnies pétrolières, les banques commerciales…, de véritables écrans de fumée !

À l’instar d’un simple citoyen, Jovenel Moïse, connu pour être un adepte de la théorie du complot, s’en est pris aux importateurs de pétroles et aux banques commerciales qui, respectivement selon le locataire du Palais national, provoquent des raretés de carburant et font des spéculations relatives aux dollars américains et à la monnaie nationale (la gourde).

En conférence de presse le lundi 22 juin au Palais présidentiel, l’ingénieur autoproclamé, s’est montré surpris d’apprendre, selon ses dires, que les compagnies pétrolières ont perçu indûment 1.7 milliards de dollars en 10 ans au détriment de l’administration publique.

Le premier citoyen du pays qui est à présent détenteur de tous les pouvoirs après avoir détruit certaines institutions et renvoyé le Parlement, au lieu de prendre des décisions afin d’arrêter de favoriser les gens pour lesquels ils travaillent d’ailleurs, pleurniche comme un simple citoyen n’ayant aucune connaissance de la fonction des choses.

Il y a tout un monde de différences entre ce que dit le président et ce qu’il fait. Les dernières mesures de la BRH obligeant les maisons de transfert à payer en gourde sauf si l’argent est déposé sur un compte en dollar est une décision visant à étouffer les couches sociales les plus défavorisées ayant des obligations libellées en dollars américains.

Selon des économistes, cette mesure d’ailleurs insuffisante pour réguler le marché de change ne fait que favoriser les banques commerciales qui auront à tirer des profits dans la vente aux enchères du dollar américain, compte tenu de la dollarisation de l’économie. Le loyer, le paiement scolaire, la plupart des choses aujourd’hui se paient au prix fort en dollar américain.

Comme l’électrification 24/24, la caravane du changement, la stratégie de mélanger l’eau, le soleil, les arbres et la terre afin de développer le pays, les prétendues tentatives du président de réguler le marché de change et la question du pétrole passeront comme une lettre à la poste.

Des écrans de fumée sur tout la ligne pour masquer une incompétence qui saute aux yeux.

Joubert Joseph / HIP

Bouton retour en haut de la page