Justice : l’ex-chef rebelle Guy Philippe sort de la DCPJ

L’avocat Louicher Jean-Joseph, qui défend l’ex-chef rebelle Philippe, dénonce le traitement inacceptable accordé à son client par la Direction centrale de la Police judiciaire (DCPJ) pendant son séjour. Il souligne qu’aucun document formel n’a été délivré la DCPJ pour justifier les 72 heures de rétention de l’ancien sénateur de la Grand’Anse.

L’ex-commissaire de Police, Guy Philipe est sorti, ce samedi, de la DCPJ, à Clercine après 3 jours de rétention par les autorités policières. Des proches de l’ex-parlementaire ont confirmé la nouvelle, sans donner plus de détails sur les conditions de sa garde à vue. L’un des avocats de l’homme fort de Pestel, Me Louicher Jean-Joseph, fait état de traitement injuste réservé à l’ancien cerveau des mouvements insurrectionnels de 2004 ayant conduit à la chute du Président Jean-Bertrand Aristide.

Peu d’informations ont été divulguées sur les motifs de la décision de la DCPJ de retenir l’ancien sénateur de la République. Parallèlement, les proches et alliés de la Force révolutionnaire ont dénoncé un acte de kidnapping de la PNH contre Guy Philippe. Parmi les 14 citoyens haïtiens expulsés par les autorités américaines le 30 novembre dernier, Guy Philippe a été le seul à être retenu à la DCPJ.

Aux heures ayant précédé l’arrivée de Guy Philippe sur le territoire haïtien, une campagne visant sa réhabilitation a été enclenchée sur les réseaux sociaux. Des correspondances, des requêtes et des ordonnances non authentifiées ont inondé des plateformes pour désapprouver la mesure de retenir le dirigeant politique à la DCPJ. D’ailleurs, ses alliés ont désapprouvé la thèse de déportation de Guy Philippe, préférant brandir « un rapatriement » de l’ancien commissaire de Police.

Arrêté en janvier 2017 à Pétion-Ville devant les locaux de Scoop FM, Guy Philippe a été part la suite extradé aux États-Unis d’Amérique sur la base des infractions de trafic de drogues et de blanchiment d’argent. Après avoir purgé sa peine, un tribunal américain l’a libéré en septembre 2023. Après avoir reçu son certificat, il n’a pas un le temps de siéger au Sénat de la République comme représentant du département de la Grand’Anse.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page