La Direction politique de l’opposition démocratique jette les bases de la transition

Le profil de la transition politique dévoilé à travers le projet d’accord sur l’architecture d’une gouvernance efficace, apaisée, envisage la nomination d’un président à choisir parmi les juges de la Cour de Cassation et d’un Premier ministre issu de la société civile organisée, ont annoncé les dirigeants de la DIRPOD.


L’opposition politique s’active en vue de préparer l’après Jovenel Moïse d’ici le 7 février 2021. Selon les termes d’un document présenté, ce lundi 30 novembre, au grand public par les dirigeants de la Direction politique de l’opposition démocratique, le choix du nouveau Président de la République sera porté sur l’un des juges de la Cour de Cassation. Cette personnalité sera choisie par une Commission bipartite de 7 membres.

‘’Le mandat du Président provisoire prend fin le jour de la prestation de serment du prochain Chef d’État élu’’, a précisé André Michel.
Réunis dans le quartier général de la Fusion des sociaux-démocrates haïtiens à Bourdon, les opposants au PHTK persistent et signent quant à la décision d’accélérer l’avènement d’un pouvoir de transition. Selon l’avocat également militant politique, seule une gouvernance provisoire pourra jeter les bases d’une réforme de l’État.

‘’Une personnalité honorablement connue et respectée est choisie pour assurer le rôle de Premier ministre. Il sera choisi par la Commission bipartite sur une liste de trois personnalités qui comportera une femme. Le Chef du gouvernement aura pour mission de conduire la politique de la nation telle que définie dans la feuille de route’’, a annoncé André Michel.

Il importe de signaler que le texte prévoit d’autres options comme l’établissement d’un Exécutif sans Président de la République. À défaut d’un consensus, une architecture avec le choix d’un Exécutif sans Premier ministre est fortement envisageable.

À noter que lors de la présentation de la feuille de route de l’opposition à soumettre au débat, un groupe de militants politiques ont tenté de boycotter la conférence de presse. Insatisfaits de certaines promesses non tenues, ils ont proféré des menaces à l’endroit des dirigeants de la DIRPOD.

H.N/ Haiti Infos Pro

Bouton retour en haut de la page
Haïti Infos Pro