La Route de Frères en passe de devenir un nouveau bastion de gangs armés, des citoyens s’inquiètent 

Le phénomène de l’insécurité infeste continuellement le pays tout entier. Plusieurs communes sont verrouillées par des gangs armés qui y imposent leur loi jour et nuit et terrorisent la population. A Pétion-Ville, plus précisément sur la Route de Frères, les hors-la-loi tentent à tout prix d’installer leur hégémonie. 

Cité-soleil, Martissant, Croix-des-bouquets, Bas Delmas, sont entre autres zones complètement sous l’emprise des gangs armés. Au quotidien les malfrats veulent contrôler beaucoup plus de territoire, ce qui explique la prolifération du phénomène de gangstérisation dans d’autres coins dont Torcel, Thomassin, Canaan, Pernier entre autres. À la conquête de nouveaux quartiers plus stratégiques, les bandits armés nourrissent le rêve de prendre le contrôle de la Route de Frères et ses environs.

Situé dans la juridiction de Pétion-ville, ce quartier connexe aux zones résidentielles dont Vivy Mitchell, Belville et Péguy Ville risque de devenir un territoiregangrené par des gangsters. Face à cette situation, des citoyens à la recherche d’une paix d’esprit ont déjà pris la poudre d’escampette, abandonnant ainsi leursmaisons. Cette situation a de graves conséquences sur les activités socioéconomiques sur le quartier et les zones avoisinantes.

A la fin du mois de septembre, des hommes lourdement armés issus de la bande dirigée par le puissant caïd dénommé Vitelhomme ont orchestré une attaque à Belville, ce qui y avait créé une vive tension. Après avoir pris le contrôle de la zone de Pernier, cette troupe basée à Torcel, alliée de « 400 Mawozo », vise la Route de Frères comme nouveau territoire pour y faire régner la terreur et la pagaille. Face à l’ampleur de la dégradation de la situation sécuritaire dans le pays, la population s’inquiète et demande aux autorités d’agir au plus vite.

Un homme dans la trentaine qui habite la zone depuis son enfance dit ne pas se souvenir depuis quand il a entendu un coup de feu dans la zone. Il estime que ce qui se passe aujourd’hui était prévisible, à cause de l’appropriation de Torcel par les seigneurs de la guerre. « La Route de Frères est un quartier paisible. Nous ne sommes pas habitués à ce genre de situation. J’ai peur pour moi et ma famille, car si les hommes armés arrivent à contrôler la zone, nous n’aurons pas d’autres endroits où aller », a-t-il déclaré la mort dans l’âme.

Cette dame vient à peine d’habiter la zone. Il y a quelques mois, elle habitait à Croix-des-bouquets, elle a dû laisser la commune pour échapper à la terreur des gangs de la zone. « J’ai laissé Croix-des-bouquets pour l’insécurité, voilà que je risque de revivre les mêmes moments difficiles que j’ai connus autrefois. Finalement, la solution est de laisser le pays, car où que tu sois tu n’es pas en sécurité, tu n’es pas non plus exempt des balles perdues, encore moins du kidnapping », a lancé la mère de trois enfants.

Le jeu du chat et de la souris entre la police et les bandits doit cesser définitivement, déclarent des habitants de la Route de Frères, plaidant en faveur du renforcement de la présence des autorités policières afin de mettre les gangs K-O. Ils croient que si la PNH avait bien géré la situation de Croix-des-bouquets, leur quartier serait hors de danger. Ils déplorent le fait qu’à chaque opération des forces de l’ordre, les membres de l’association criminelle se dissimulent dans l’environnement pour ensuite refaire surface au départ des unités d’intervention. Plus d’un se demandent si la Route de Frères risque de devenir une pierre d’achoppement pour la Police Nationale d’Haïti et un nouveau fief de gangs armés ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

13 − neuf =

Bouton retour en haut de la page