Laboule: Deux journalistes assassinés par des bandits

John Wesley Amadi (Écoute FM), Wilguens Louissaint (Tambou vérité) et Wilmann Vil (RL Production) étaient partis en reportage, jeudi, quand ils ont été attaqués par des hommes armés sur le chemin du retour. Deux d’entre eux ont succombé à leurs blessures et Wilmann Vil à pu s’échapper de justesse, selon Reynald Petit-Frère, coordonnateur général du Collectif des médias en ligne (CMEL).

Début d’année difficile pour la presse avec l’attaque armée perpétrée à Fessard, Laboule 12, par des bandits armés contre trois travailleurs de la presse. Selon le responsable du CMEL, Reynald Petit-Frère, les trois journalistes revenaient d’une mission quand ils ont été victimes d’un guet-apens. John Wesley Amadi et Wilguens Louissaint, touchés par balles, n’ont pas réussi à s’échapper du piège, alors que Wilmann Vil a eu le temps de prendre la fuite.

Le responsable du CMEL Reynald Petit-Frère évoque un acte portant l’empreinte du gang « Toto », redoutable fraction armée qui mène la vie dure aux riverains de Laboule. Ce gang livre constamment combat contre le gang de « Ti Makak » annoncé pourtant démantelé par la Police, pour le contrôle de territoire.

Le seul survivant de l’attaque, Wilmann Vil, sous le choc, peinait à restituer les faits. Il a eu la vie sauve grâce à sa vigilance, selon le chef de file du CMEL.

Dans le même registre, une démarche initiée par une délégation de journalistes auprès du Commissariat de Petion-Ville dans l’optique de récupérer les corps, s’est révélée sans succès. Les forces de l’ordre n’ont pas accordé suite favorable à la demande des journalistes, a-t-on appris.

Il est à noter que les victimes voulaient s’enquérir de l’assassinat la semaine dernière de l’inspecteur de Police Dan Jerry Toussaint, abattu par les hommes de « Ti Makak ». Malheureusement, deux d’entre eux ont été victimes de la cruauté des gangs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

18 − six =

Bouton retour en haut de la page