Le CEP orphelin de ses conseillers, Jovenel Moïse entre l’enclume et le marteau

Les 8 membres du Conseil Electoral Provisoire ont démissionné en bloc. Dans une correspondance en date du 24 juillet 2020 adressée au Président Jovenel Moïse, ces conseillers électoraux affirment vouloir « faciliter une solution viable capable de juguler la crise actuelle ».

Dès le début de cette lettre, les 8 conseillers électoraux sont revenus sur la velléité du pouvoir exécutif de procéder à un changement de la constitution et enclencher sans délai le processus électoral. Face à ce cas de figure, le Conseil Électoral Provisoire a attiré l’attention du président de la République sur les différentes crises que traverse le pays actuellement.

« Aujourd’hui, notre pays fait face à une grave crise politique et institutionnelle, entrainant de lourdes conséquences aux niveaux économique, social et sécuritaire. Tout en reconnaissant l’urgence de normalisation, il nous parait essentiel de prioriser le dialogue entre les principaux acteurs du pouvoir, de l’opposition et de la société civile », écrivent ces membres. Ces derniers croient que ce processus de dialogue doit aboutir à un consensus approprié.

Pour ces conseillers électoraux, « cette étape inévitable », constitue un passage obligé pour parvenir à une solution viable, capable de juguler la crise actuelle. « Il s’agit également d’une condition indispensable pour la fiabilité et la réussite d’un processus électoral inclusif », ont-ils poursuivi dans leur correspondance.

En ce sens, ces 8 membres du Conseil Electoral Provisoire décident volontairement de présenter leur démission au Président Jovenel Moïse, en vue, disent-ils, de faciliter une évolution à la situation actuelle. « Cette démission prendra effet le lundi 27 juillet 2020 », ont précisé Léopold Berlanger Fils, Carlos Hercule, Marie Frantz Joachim, Frinel Joseph, Josette Jean Dorcely, Kenson Polynice, Lucien Jean Bernard et Marie Herolle Michel.

Cette décision des conseillers électoraux, arrive à un moment où le Président de la République entame des consultations avec les différents secteurs ayant leurs représentants au sein de l’institution électorale. Hier jeudi 23 juillet, des correspondances du cabinet particulier du Président Jovenel Moise avaient même été acheminées aux instances concernées, pour les inviter à prendre part à ces discussions, dans le cadre des préparatifs pour les prochaines élections. « Vous êtes invité, de préférence dans les 48 heures suivant la réception de cette correspondance, à confirmer la présence de votre représentant au CEP ou d’en designer un nouveau. Vous pouvez également ne pas réagir à la présente si vous souhaitez garder votre représentant actuel », avait écrit le directeur de cabinet du président de la République.

Environ 24 heures après, les données ont changé. Les conseillers électoraux démissionnent, la situation est corsée. La réalisation des élections tant souhaitées par le régime en place devient de plus en plus hypothétique, l’étau se resserre autour de Jovenel Moïse.

Luckson Saint -Vil / HIP

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

16 − seize =

Bouton retour en haut de la page