Le CSPJ constate la fin du mandat de Jovenel Moïse, appelle à un sacrifice pour éviter le chaos

Face à la volonté de l’apprenti dictateur, Jovenel Moïse, de prolonger son mandat illégalement jusqu’en février 2022, en tant que co-dépositaire de la souveraineté nationale, dans une note datée du 6 février 2021, le CSPJ constate la fin du mandat de l’homme banane et appelle à un sacrifice pour éviter le chaos.

“L’article 134-2 de la Constitution est applicable pour les sénateurs et les députés comme pour le président de la République”, a confirmé le CSPJ évoquant le principe de la souveraineté nationale. Par ailleurs, le CSPJ a tenu à rappeler que Jovenel Moïse se soit déjà approprié de l’esprit et de la lettre de l’article 134-2 pour les parlementaires.

“Le CSPJ lance un appel à tous les citoyens et les citoyennes, pour qu’ils réalisent à l’instar de nos ancêtres, qu’aucun sacrifice n’est grand pour éviter au pays d’offrir d’affreux spectacles au reste du monde”, poursuit la note qui du même a appelé à enlever ce valeureux peuple de la misère qui tend à l’engloutir.

Après la société civile, le vatican, la Fédération des Barreaux d’Haïti (FBH), la position du Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire (CSPJ) vient renforcer celle de la majorité de la population qui exige le départ du dictateur Jovenel Moïse, jugé incompétent et corrompu. 

Haiti Infos Pro

Bouton retour en haut de la page