« Le massacre de La Saline, un massacre d’État », avait dit le RNDDH avant le « blanc »

Le Réseau National de Défense des Droits Humains (RNDDH) avait, dans son rapport sur le massacre perpétré à La Saline en novembre 2018 par des gangs armés, recommandé de « punir tous ceux qui étaient impliquer dans ce massacre d’État », mais le gouvernement en place a fait la sourde oreille.

Plus de deux ans après, les nommés Fedener Monchery, ministre de l’intérieur d’alors, considéré comme celui qui a planifié ce massacre, Joseph Pierre Richard Duplan, auteur intellectuel et Jimmy Cherisier alias Barbecue sont dans le collimateur de l’administration fédérale américaine.

Le RNDDH avait pourtant tiré la sonnette d’alarme concernant les auteurs et les exécutants de ce drame survenu à La Saline le 13 novembre 2018. Mais la justice haïtienne n’a donné aucune suite.

Le RNDDH a été durant ces dernières année persécutée de toute part par les autorités étatiques. Les sbires du pouvoir en place ont tiré à boulet rouge sur l’institution de défense des droits humains. Ils ont pris pour cible Pierre Espérance en essayant de salir son image, de le discréditer aux yeux de la population. Malgré tout le RNDDH ne s’est jamais laissé intimider, au contraire, il s’est montré tenace dans l’exercice de son rôle de ” Défenseur des Droits Humains “.

Les sanctions américaines contre Fedenel Monchery, Joseph Pierre Richard Du plan et Barbecue sont là preuve de l’importance du RNDDH qui, depuis son existence, travaille d’arrache-pied pour le respect des Droits et pour un État de Droit en Haïti.

Aux valeureux défenseurs des Droits Humains en Haïti, qui ne cessent de recevoir des menaces dans l’exercice de leur travail, nous leur disons fermement que la population haïtienne est consciente de leur importance. Au responsables du RNDDH, ciblés par le gouvernement en place qui le considère comme un obstacle à ses plans de violations flagrantes des Droits Humains et des institutions haïtiennes, nous leur disons de continuer le combat et de rester vigilants, la justice tôt ou tard finira par triompher.

Les gouvernements passent, le RNDDH demeure !

Ricot Saintil / HIP

Bouton retour en haut de la page