Libération de Jean Fénel Thanis: Deux fonctionnaires frappés de sanctions

Le substitut du commissaire du gouvernement de la Croix-des-Bouquets, Wilner Éliassaint, et le commis de parquet, Sary Romain, sont concernés par des mesures de mise en disponibilité sans solde du ministre de la Justice, Lucmane Delille.

Avant les conclusions de l’enquête sur les éventuels coupables dans la libération, le vendredi 17 avril dernier, de l’ancien député Jean Fénel Thanis, le ministre de la Justice et de la Sécurité publique Lucmane Délille a décidé, ce mardi 21 avril, de mettre en disponibilité sans solde 2 acteurs du Parquet de la Croix-des-Bouquets. Le substitut du commissaire du gouvernement, Wilner Éliassaint, et le commis de parquet, Sary Romain, sont frappés de mesures de mise en disponibilité, lit-on dans deux correspondances signées du ministre Lucmane Delille.

Les motifs de cette décision s’appuient sur des faits de corruption liés à la libération de l’ancien élu de ‘’Repons peyizan’’ de la circonscription Cayes/Ile-à-Vache.

En réaction, l’un des avocats de l’ex parlementaire, Noé Morency dénonce les manœuvres ‘’jugées déloyales’’ du commissaire du gouvernement de la Croix-des-Bouquets, Maxime Augustin, visant à attaquer l’ordonnance du juge Sully L. Gesma.
L’avocat rappelle que son client n’a pas été libéré à la suite de grâce présidentielle ou encore de décision de justice relevant du décongestionnement des cellules de la prison de la Croix-des-Bouquets. Une audience en habeas corpus présidée par le juge Sully L. Gesma a conduit à la libération de l’ancien député de la 49ème Législature, a évoqué Noé Morency.

Hervé Noel/ HIP

Bouton retour en haut de la page